Les écoles de management et de commerce en France proposent de plus en plus des cours en développement durable dans leur cursus. La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est ainsi de plus en plus en vogue. Décryptage.

Les cours en responsabilité sociale des entreprises (RSE) ou en développement durable se sont multipliés dans les écoles de management

Depuis une quinzaine d’années, les écoles de commerce françaises se mettent au « vert » avec des préoccupations écologiques de plus en plus présentes jusqu’au contenu des enseignements. L’entreprise n’est ainsi plus considérée uniquement d’un point de vue de rentabilité financière mais également du point de vue des conséquences de son activité sur l’environnement. La Responsabilité Sociale (ou Sociétale) des Entreprises (RSE) est précisément  l’engagement que prend une entreprise en vertu duquel elle assurera une gestion responsable des effets sociaux, environnementaux et économiques de ses activités de façon conforme aux attentes du public. Cette responsabilité fait partie de la gouvernance d’entreprise et touche normalement à chaque aspect de l’entreprise, notamment l’exploitation, les ressources humaines, la fabrication, la chaîne d’approvisionnement, la santé publique et la sécurité. Parmi les initiatives concrètes de RSE, on retrouve :

Les politiques d’entreprise qui incitent à travailler avec des partenaires aux pratiques commerciales éthiques

Le réinvestissement des bénéfices dans des programmes de santé et de sécurité, ou d’environnement

Le soutien d’organismes de bienfaisance dans les communautés où l’entreprise exerce ses activités;

La promotion de l’égalité femme/homme au sein de l’équipe de direction Quelques exemples d’établissements qui appliquent cette pratique vertueuse et respectueuse de l’environnement.

>> Lire également : Ecologie et climat: quand les universités et les écoles s’impliquent

Les établissements qui s’impliquent écologiquement

A l’ESCP Europe, on a établi une coopération avec l’ASLOG, Association française des professionnels de la Supply Chain et de la Logistique. L’objectif est de faire émerger des pratiques et comportements durables. Ainsi un LAB RSE a été mis en place. Parmi les activités du LAB RSE, des conférences baptisées « Matinales du LAB RSE » sont organisées à l’école depuis 2017, dont la dernière a eu lieu le 5 avril sur le thème : La démarche RSE de l’entreprise étendue à ses partenaires. Un autre axe de cette coopération a consisté à faire rencontrer des entreprises et des étudiants du Master en Management autour de problématiques qui ont donné lieu à des mémoires de fin d’étude. L’un de ces mémoires d’étudiants les plus intéressants portait sur  la gestion des invendus et la logistique de retour, dans une approche d’économie circulaire. En effet, que faire de ces produits qui ne se vendent pas ? C’est une question qui concerne des entreprises de tous secteurs. Cette thèse porte sur le rôle potentiel que les prestataires de services logistiques  pourraient jouer en tant que collecteurs à grande échelle de produits ménagers. Le recyclage pourrait être l’une des solutions écologiques les plus efficaces. D’autres groupes étudiants présenteront ensuite leurs travaux sur la pollution des datas centers, les fast-foods face aux scandales sanitaires, le coût écologique du transport aérien…

>> Lire également : Agrosciences et environnement: les formations à l’étranger

A NEOMA Business School, des mesures responsables concrètes

A Neoma Business School, on a intégré dans la politique de l’école la responsabilité Sociétale et développement Durable. Cela passe par plusieurs initiatives, parmi lesquelles : l’engagement dans le soutien de l’ambition scolaire et professionnelle de jeunes de milieux peu favorisés ou en situation de handicap et le développement de la capacité d’accueil d’étudiants porteurs de handicap. Il y a aussi la rationalisation de l’usage de ressources et consommables (eau, électricité, papier, transport). On trouve aussi la mise en place d’un comité d’éthique pour évaluer les projets de recherche et garantir leur caractère éthique. L’établissement a également mis en place un plan de formation des responsables d’associations étudiantes concernant tout ce qui touche la gestion durable et responsable des manifestations étudiantes et à la vie étudiante sur le campus. On retrouve la même dynamique à l’EM Normandie  qui propose une démarche RSE transversale qui touche à l’ensemble des aspects de l’établissement.  On retrouve ainsi des enseignements pluridisciplinaires axés développement Durable et Responsabilité sociale. Des cours sur le green business, la consommation responsable, le management éthique sont proposés aux étudiants. L’école propose à tous ses étudiants un ensemble de cours dès la première année (U1) et dans leur spécialisation de dernière année (M2).

>> Lire également : Connaissez-vous les associations étudiantes écologiques?

Développement durable, un souci majeur au Canada

Il n’y a pas qu’en France où le développement durable intègre les campus. Au Canada, on trouve l’université de Montréal qui intègre dans plusieurs cursus des cours de Responsabilité sociale des entreprises et Développement durable. Ce cours propose une analyse des instruments légaux qui sous-tendent la responsabilité sociale et le développement durable. Il aborde la responsabilité sociale et de développement durable appliqués  à l’innovation numérique et aux technologies, qu’il s’agisse d’organisations privées ou publiques. L’université propose d’ailleurs un programme d’études en Environnement et développement durable dédié au Management des produits nettoyants propres.  Il en va de même pour HEC Montréal où l’on constate que de plus en plus de mémoires de fin d’études des étudiants de management portent sur l’apport des entreprises canadiennes à l’écologie et au respect de l’environnement. L’objectif est de trouver des solutions de remplacement aux pesticides et autres produits toxiques et de concevoir et fabriquer des produits écologiques. Il s’agit d’un programme qui couvre un  large éventail de disciplines : aménagement, urbanisme, architecture, géographie, santé environnementale et santé au travail.