Les technologies numériques font désormais partie de notre quotidien. C’est maintenant aussi le cas pour l’enseignement supérieur qui intègre dans ses modes d’apprentissage la réalité virtuelle ainsi que la réalité augmentée. Explications sur un phénomène appelé à se développer.

Réalité virtuelle et réalité augmentée font leur entrée dans les écoles

Après la révolution de la micro-informatique à la fin des années 1980, c’est au tour des technologies numériques maintenant de bouleverser nos modes de vie. Smartphones, iPhone et tablettes possèdent aujourd’hui des applications d’une très grande diversité, y compris par exemple pour l’apprentissage en ligne des langues étrangères. Ainsi, depuis quelques années, en France, au Canada, aux Etats-Unis et un partout dans le monde, on assiste à une nouvelle révolution dans l’enseignement supérieur : l’apparition de la réalité virtuelle dans les techniques d’apprentissage. Cela concerne des filières d’études aussi diverses que la médecine ou le génie civil. Décryptage.

>> Lire également : Innovation numérique : des objets connectés toujours plus nomades

Quelques explications au préalable. La réalité virtuelle est une technologie numérique, appelée aussi technologie immersive, elle permet d’immerger totalement l’utilisateur dans une réalité virtuelle, interactive, calculée et différente de la sienne. Elle est réalisée essentiellement à l’aide d’images de synthèse diffusées par le biais de casques de réalité virtuelle ou d’écrans. La réalité augmentée quant à elle consiste à superposer en temps réel des informations virtuelles (en 2D ou en 3D) à la perception du réel afin de créer une «réalité enrichie». Les Smartphones, les tablettes, les lunettes permettent de  vivre cette réalité augmentée. Enfin,  la réalité mixte consiste en une hybridation entre le réel et le virtuel. Elle passe par l’intégration dans le monde réel d’objets virtuels interactifs avec l’utilisateur et l’environnement réel. Or, toutes ces technologies immersives peuvent servir l’enseignement par des simulations pédagogiques. Prenons le domaine de la médecine et de la santé. En France, l’Ecole des Mines de Saint-Etienne, en collaboration avec le CHU de la ville, a mis en place une salle d’hôpital numérique pour former les étudiants. Il s’agit d’une salle d’urgence qui permet à des étudiants, munis de casques de réalité virtuelle, de comprendre la gestion des flux par le biais de simulations. Au programme : un attentat et donc un flux d’arrivées d’urgence à l’hôpital qu’il faut apprendre à gérer. Cette nouvelle pratique pédagogique concerne les élèves en 2ème année d’ingénierie biomédicale de l’établissement. Selon l’avis même des intéressés, le programme est très réaliste, les étudiants ingénieurs connaissent le nombre de patients en attente, leur heure d’arrivée, l’état de surcharge de tel ou tel médecin, etc. Selon le responsable du programme, avec la médecine, les technologies de réalité virtuelle semblent avoir trouvé un solide point d’entrée dans l’enseignement supérieur.

>> Lire également : Métiers de demain : la filière numérique

Des simulateurs pour apprendre les techniques du BTP

En matière de BTP et de Génie civil, là aussi les pratiques d’apprentissage changent. Ainsi,  de plus en plus de BTS en Bâtiment proposent dans leurs enseignements des simulateurs pour apprendre les différentes techniques en BTM, apprendre à souder avec un simulateur par exemple. Ou encore, la possibilité pour le jeune d’intégrer virtuellement l’univers du chantier de construction avec des bruits, des orages qui menacent, des pluies qui s’abattent, d’autres corps de métier qui travaillent. L’avantage, c’est qu’on peut apprendre, faire des erreurs, mais sans que la sécurité de l’apprenant soit mise en cause. Delon les experts pédagogiques, La réalité virtuelle permet d’explorer de nouvelles façons d’apprendre, et de travailler sur la mémoire kinesthésique (la mémoire corporelle liée aux mouvements physiques).  L’Ecole de commerce Audencia Nantes, on a mis en place l’Oculus Rift, un casque de réalité virtuelle qui permet aux étudiants grâce à la technologie 3D immersive, de voyager à des milliers de kilomètres de leur établissement et de visiter virtuellement des salons internationaux ou des événements professionnels.

Si l’on prend la peine de traverser l’océan Atlantique pour des études au Canada, on trouve que la Faculté des Sciences Infirmières de l’Université de Montréal dispose d’un Centre de simulation reconnu par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Le programme de simulation de la faculté comporte une multitude de stratégies et d’outils qui permettent de mettre en pratique les apprentissages nécessaires pour devenir infirmière clinicienne ou praticienne. Le Centre, à la fine pointe de la technologie, compte notamment des locaux aménagés en chambres d’hôpital et unités de soins aux malades en phase critique (soins intensifs, urgence, réanimation) ou encore des mannequins robotisés (adultes et bébés) qui peuvent reproduire presque parfaitement les réponses physiologiques de patients réels (respiration, rythme cardiaque, phonation, circulation sanguine, clignement des yeux, etc.). Le Centre de simulation a récemment intégré la réalité virtuelle parmi ses activités pédagogiques. Toujours au Canada, mais cette fois-ci côté anglophone, Queen’s University s’est dotée récemment d’un un centre de formation médicale en réalité virtuelle. Il s’agit d’un espace de 30 m2, totalement dédié à l’apprentissage en VR (Virtual Reality). La réalité virtuelle offre la possibilité de simuler de façon réaliste un large éventail de situations cliniques.  Les apprenants font toutes leurs erreurs de débutant dans l’environnement virtuel, et non sur de vrais patients. Bref, la réalité virtuelle a des vertus pédagogiques qu’on n’a pas fini de découvrir.

En Espagne, des centres de simulations à la pointe de la technologie

Si vous souhaitez étudier en Espagne, sachez que ce pays est à la pointe de la technologie en matière de réalité virtuelle. Ainsi, l’Université Européenne de Madrid est équipée de salles de simulations virtuelles uniques en leur genre. Elles sont principalement dédiées aux études de médecine dentaire ainsi qu’aux formations paramédicales. L’établissement est équipé de laboratoires de simulation de chirurgie dentaire de moyenne et haute-fidélité. A quoi il faut ajouter une salle de simulation de réalité virtuelle pionnière en Espagne, où les étudiants pourront intervenir sur la bouche d’un patient virtuel avec une sensation de réalité très proche de celle que l’on a avec un véritable patient. Grâce à ce système, vous pourrez en outre vérifier les opérations que vous avez réalisées afin de visualiser les points à améliorer.