Métiers de demain : la filière numérique

0
81

Les innovations technologiques associées à l’économie numérique sont en train de profondément transformer le marché du travail. Services, commerce, industrie, Recherche & Développement, les principaux secteurs d’activité sont concernés par ces changements sociétaux et professionnels à la fois. Les métiers de demain, c’est aujourd’hui que ça se prépare. Explications.

Une évolution des métiers liée à la transformation numérique

Les services et le commerce sont parmi les principaux secteurs qui ont vu leur activité évolué en raison des innovations numériques. Les habitudes des consommateurs ont changé et les clients achètent d’une façon différente, sans oublier que de nombreuses tâches se sont automatisées. Les métiers de la vente sont fortement affectés par cette tendance. A titre d’exemple, il existe aujourd’hui des applications de réalité augmentée permettant à une personne d’essayer un vêtement depuis chez soi sans même se déplacer. En France, les magasins de commerce recourent de plus en plus à des catalogues de vente à réalité augmentée équipés d’un système d’achat intégré. Le client peut ainsi se procurer un produit commercial sans même passer par la présence d’un vendeur ou d’un commercial. Savez-vous que l’on peut même essayer un canapé-lit chez soi, vérifier si ses dimensions correspondent à la configuration de la maison, simplement en ayant recours à des technologies de réalité augmentée ? Il va de soi que cela a des conséquences importantes sur l’évolution de l’emploi. L’on voit ainsi apparaître de nouveaux métiers de plus en plus prisés sur le marché du travail. Les interfaces changent et le télétravail prend une place de plus en plus importante. Conséquence : les activités liées à l’économie numérique ne cessent de se développer. Depuis le Community manager jusqu’au chef de projet web, sans oublier les créatifs ainsi que les spécialistes des systèmes d’information tels les Big Data, il s’agit ‘autant de profils qui sont appelés à se développer encore davantage dans les prochaines années.

De nouvelles compétences demandées sur le marché du travail

Par rapport à cette évolution, les exigences des recruteurs changent. Les Softskills, ces compétences comportementales de savoir-être, deviennent aussi importantes que le savoir en lui-même. Face à la transformation en continu des pratiques numériques, ce qui est demandé, c’est moins de savoir que de savoir s’adapter à ce flux de nouveautés. Par exemple, par rapport aux métiers du big data, les profils recherchés sont surtout ceux qui savent s’adapter à l’immense volume de données numériques afin de mieux les manipuler et de les apprécier à leur juste valeur. Ce qui est important alors, c’est moins un savoir objectif qu’une certaine forme d’intelligence émotionnelle qui permettra de prendre la décision la plus pertinente par rapport à tel ou tel produit commercial. Autre domaine en pleine transformation : la logistique. Les professionnels de l’industrie qui possèdent des lignes de production ou des entrepôts ont désormais la possibilité d’une gestion à distance des stocks de marchandise grâce notamment à des compteurs intelligents reliés à un ordinateur. Ce qui épargne du travail d’inventaire physique et souvent fastidieux…  Pour acquérir ces nouvelles compétences, de plus en plus d’entreprises à travers le monde n’hésitent pas mettre en place des cours en ligne, les fameux MOOC, afin de permettre à leurs salariés de s’initier à ces nouveaux outils numériques. Il faut dire que la demande est immense et les besoins très grands. En France, on estime que 80 000 emplois dans l’économique ne trouvent pas preneur tant le manque de compétences est criant. Les principaux secteurs concernés sont ceux de la maintenance des matériaux, de l’exploitation, de la Recherche & Développement  ainsi que du développement web. Ceci dit, la plupart des domaines touchés par la numérisation sont concernés. Parmi les débouchés à forte valeur-joutée :

  • Web designer
  • Développeur
  • Data analyst
  • Traffic manager
  • Community manager
  • Installateur domotique
  • Modeleur 3D

Des formations d’aujourd’hui pour des métiers qui n’existent pas encore

En 2017, la multinationale Dell a publié en collaboration avec un think thank californien (Institute for the Future) une enquête sur « L’impact des technologies émergentes sur la société et le travail en 2030 ».Il en ressort que 85% des emplois que les jeunes d’aujourd’hui exerceront en 2030 n’ont pas encore été inventés. Autre chiffre intéressant : 50% des métiers d’aujourd’hui seront transformés dans les dix prochaines années. Le processus a d’ailleurs déjà commencé du fait de la digitalisation. On estime également que les diplômés bac+3 à bac+5 seront les plus favorisés pour profiter de ces emplois nouveaux, c’est particulièrement vrai pour les informaticiens et pour les emplois des services aux entreprises. Côté formations, il existe en France le réseau « Grande école du numérique » regroupe plus de 400 formations. Parmi les principales écoles, on retrouve :

Digital campus: cette école possède plusieurs campus à Bordeaux, Rennes, Montpellier, Lyon et Toulouse. Elle propose des parcours Bachelor web et un Mastère Expert en Stratégie digitale avec plusieurs spécialisations:

– marketing digital & Brand Content
– Big Data & Data Strategie

– UX Design.
– Développement Web – Direction Technique
– Direction Artistique Digitale

Parmi les débouchés intéressants qu’offre cette formation: chef de projets Web & Multimédia. Si vous êtes un Digital native, à l’aise dans l’usage numérique sous toutes ses formes, une de ces formations peut vous convenir. Vous y apprendrez à construire une veille numérique, à concevoir des projets digitaux ou encore à mettre en pratique ses compétences graphiques. Les frais de scolarité y sont de 7490 euros par an.

Ecole42: créée en 2013 à Paris, elle pratique une pédagogie de peer-to-peer learning, soit un enseignement interactif et participatif grâce par exemple au tableau numérique dans les salles de classe. Ce système permet des cours où chacun peut participer à la constitution du contenu des enseignements, en projetant des fichiers sue le tableau par exemple. Ainsi, chaque étudiant est responsable de la réussite du projet collectif. De nombreux stages en entreprise sont proposés afin de faciliter l’insertion professionnelle de l’étudiant. Les frais de scolarité sont gratuits.

EEMI – Ecole Européenne des Métiers de l’Internet: parmi son offre de formation: le Bachelor Chef de projets digitaux (Bac+3), le Mastère Entrepreneuriat & Expertise digitale, ainsi qu’un MBA Fintech & Business. Les débouchés concernent tous les nouveaux usages du numérique: E-Business, Interactive Design, Web Development, métiers du Webmarketing et de la communication digitale. Situé à Paris, les frais de scolarité s’y élèvent à 8000 euros pour un Bachelor.