Vous souhaitez entamer une spécialité de médecine en France ? Les épreuves classantes nationales sont un concours qui permet d’accéder au 3ème cycle de spécialisation des études médicales. Qu’en est-il pour les étudiants étrangers non-européens ?

Le concours d’internat  en médecine pour étudiants étrangers

En France, l’internat est le passage obligé pour poursuivre une spécialité médicale. Il se compose d’une partie de présence et de travail à l’hôpital et d’une autre partie de cours. Sa durée varie de 3 à 5 ans selon le cursus choisi. En fonction de leur rang, les étudiants qui réussissent les épreuves classantes nationales choisissent un poste d’interne ; c’est-à-dire à la fois une spécialité et un lieu géographique de formation. De la dermatologie à l’ophtalmologie, il existe une trentaine de spécialités dans le domaine des études de santé. Ceci concerne les étudiants français et européens qui poursuivent leur formation dans une université française. En effet, pour accéder au 3ème cycle des études de médecine par les épreuves classantes nationales, deux conditions sont requises : avoir validé un 2ème cycle d’études de médecine en France et être ressortissant d’un état membre de l’Union Européenne ou d’un état membre de l’Espace économique européen. Les étudiants suisses et d’Andorre peuvent aussi candidater aux ECN. Pour les étudiants étrangers non-européens, comme les marocains, il existe des épreuves distinctes : il s’agit du concours d’Internat en médecine à titre étranger (ETR). Explications.

Peu de postes ouverts en internat

En France, c’est le Centre National de Gestion des praticiens hospitaliers qui organise le concours d’internat en médecine à titre étranger. Cet organisme administratif public est chargé des épreuves du concours ainsi que des procédures de choix d’affectation et de poste. Notez qu’à partir de 2019, l’inscription s’effectuera directement en ligne via internet. Il faut savoir que le nombre de postes ouverts aux étrangers est très faible (quelques dizaines). Il est également bon d’être informé de la chose suivante : l’internat ne confère pas aux médecins étrangers l’obtention du Diplôme d’Etat de Docteur en médecine. Quant au Diplôme de spécialisation médicale délivré à l’issue de la formation, il ne permet pas l’exercice de la profession en France. Une autorisation d’aptitude à exercer est exigée. Pour l’obtenir, le candidat doit passer des épreuves de vérifications des connaissances. En outre, il doit justifier de trois années d’exercice en France sous le statut de praticien attaché ou assistant associé. Cette épreuve de vérifications des connaissances se compose d’un grand oral devant le jury d’une durée de 45 minutes avec 20 minutes de préparation. Elle se divise en deux parties : d’une part un exposé à partir d’un sujet tiré au sort et d’autre part un entretien avec le jury.

Les démarches à suivre pour le concours d’internat à titre d’étudiant étranger

Pour l’année 2018, le calendrier était le suivant :

  • La période d’inscription a été fixée du 1er au 31 mars 2018. Pour les étudiants qui résident hors de France, il faut s’adresser à l’Ambassade de France de votre pays, au service de coopération et de service culturel.
  • Les épreuves d’admission ont eu lieu le 06 décembre 2018 en région parisienne, à Rungis.
  • Concernant l’épreuve d’admissibilité, elle a lieu dans les services culturels des ambassades françaises à l’étranger. Il s’agit d’une épreuve de deux heures et 120 QCM.

Quelques annales de l’épreuve d’admissibilité pour candidats étrangers

Année 2014

QUESTION N°   1    

Un homme de 45 ans se présente pour des céphalées d’intensité croissante, depuis 8 jours, avec vomissements matinaux, résistantes aux traitements. Parmi les hypothèses diagnostiques suivantes, quelle est celle qui vous parait la moins probable ?

 

A – Tumeur cérébrale maligne

B – Thrombose veineuse cérébrale

C – Céphalées de tension

D – Encéphalite

E – Méningiome

 

QUESTION N°   5

Une femme obèse de 65 ans, diabétique de type 2, a consulté pour un placard infiltré érythémateux, circonscrit et douloureux du tiers moyen de la jambe droite évoluant depuis 48 H,. Elle est fébrile (39°C) et signale des frissons. Elle a des antécédents d’allergie à la pénicilline. Parmi les antibiotiques suivants lequel préconisez-vous ?

 

A – Gentamicine

B – Ofloxacine

C – Trimethoprime sulfamethoxazole

D – Pristinamycine

E – Minocycline

QUESTION N°   6

La rupture de la coiffe des rotateurs de l’épaule correspond à une lésion tendineuse d’un des muscles suivants : Lequel ?

 

A – Sous scapulaire (sub scapularis)

B – Long biceps

C – Grand pectoral (Pectoralis Major)

D – Sus épineux (supraspinatus)

E – Deltoïde (deltoideus)

Année 2012

QUESTION N°  27    

 

Parmi les propositions suivantes laquelle(lesquelles) est(sont) EXACTE(S) ?

 

Un patient de 75 ans, traité par corticothérapie au long cours pour une maladie de Horton consulte aux urgences pour un syndrome infectieux avec fièvre de 38,5°C et une douleur abdominale en fosse iliaque gauche. Vous retrouvez une hyperleucocytose à 18.000/mm3 et une C-réactive-protein (CRP) à 125 (normale < 5 mg/l) à la biologie.

Quel examen complémentaire demandez-vous en urgence en première intention ?

 

A – un abdomen sans préparation (ASP)

B – une tomodensitométrie abdomino-pelvienne (TDM) avec produit de contraste

C – Un dosage de la procalcitonine

D – une coloscopie totale

E – un examen par résonance magnétique (IRM)

QUESTION N°  63

Parmi les éléments suivants, quel est celui (ou quels sont ceux) qui est(sont) évocateur(s) de l’origine inflammatoire d’une arthropathie du genou ?

 

A – Ostéophytose

B – Radiographies articulaires normales

C – Limitation importante et précoce de l’amplitude des mobilités

D – Vitesse de sédimentation globulaire normale

E – 60 g/l de protides dans le liquide articulaire