En France, une étude récemment menée sur les salaires des nouveaux diplômés donne une idée de la rémunération des jeunes qui entrent dans le marché de l’emploi. Un récapitulatif métier par métier. Zoom.

Un marché du travail favorable aux jeunes diplômés

Le cabinet de recrutement Walters People France a publié récemment une étude exhaustive sur les premiers salaires des nouveaux diplômés de l’enseignement supérieur en France. Intitulée « Etude de rémunération jeunes diplômes 2019-2020 », l’enquête dresse un constat globalement positif : les jeunes diplômés intègrent un marché du travail qui leur est largement favorable et ce, quel que soit leur secteur d’activité. Les entreprises n’hésitent plus à embaucher ces jeunes talents et cherchent même désormais massivement à les attirer et les fidéliser. 1er constat majeur : Diplômes et savoir-faire ne sont plus les seuls éléments déterminants dans le choix des employeurs. En effet, ces derniers recherchent des profils capables d’apprendre, de s’adapter aux différents environnements et d’être rapidement opérationnels. Lors des recrutements, les entreprises peuvent prendre davantage de risques et s’orienter vers des profils perfectibles techniquement, mais dont les soft skills deviennent les meilleurs atouts.

Le salaire annuel brut du 1er emploi

Pour environ 60% des jeunes diplômés, le salaire annuel brut du 1er emploi se situe au-dessus de 30 000 euros. Les données ont été récoltées auprès d’un panel de plus de 200 candidats âgés de moins de 26 ans et nouvellement diplômés des écoles de commerce, écoles d’ingénieurs et universités françaises. Concernant les secteurs les plus porteurs, il apparaît que les métiers de la supply chain et de la logistique présentent un potentiel énorme et durable pour les candidats sur le marché du travail, jeunes diplômés compris. Voici en moyenne les salaires moyens d’un premier emploi :

Parmi les métiers de la logistique les plus demandés par les recruteurs, on retrouve : Assistant commercial import/export (de l’importance des langues étrangères !), Chargé de clientèle, Gestionnaire de bases de données, Assistant achats, Coordinateur logistique. Pour le métier de prévisonniste des ventes, le salaire peut atteindre jusqu’à 45 000 euros brut par an. Viennent ensuite les métiers de l’assurance qui sont en pleine évolution. En effet, avec le développement des assurtech, de nouvelles structures innovantes avec un cadre de travail différent attirent les jeunes en leur proposant de nouvelles opportunités. Les candidats se laissent désormais convaincre par les notions de projet et d’entreprenariat. Les postes recherchés dépendent quant à eux du diplôme : les détenteurs de Master 2 visent toujours les postes de souscripteur et de gestionnaire sinistres en risques entreprises. Les diplômés d’un BTS ou d’une Licence convoitent, quant à eux, les postes de conseiller clients, gestionnaire production ou des postes relatifs aux risques particuliers et professionnels. Le salaire pour un 1er emploi atteint jusqu’à 40 000 euros annuels (brut). Le secteur bancaire dans son ensemble offre aux jeunes diplômés des opportunités toujours plus nombreuses. Grâce à leur capacité à former elles-mêmes les candidats fraîchement diplômés, les banques capitalisent sur les jeunes diplômés en modelant leurs compétences et en leur offrant des formations internes. Autre secteur porteur : la Finance, Audit et Comptabilité. De nombreuses opportunités vont s’offrir aux jeunes diplômés en comptabilité et finance sur l’année 2019-2020, particulièrement sur les niveaux de qualification Bac+2 ou 3. En audit et expertise comptable, les débouchés seront également nombreux dès la sortie d’école, sur tous les métiers. Les cabinets comptables s’intéressent même aux étudiants toujours en cursus scolaire pour les recruter en alternance, en stage où à l’obtention de leur diplôme. Le salaire annuel brut se situe entre 26 000 et 33 000 euros pour un 1er emploi. Dans la comptabilité, le salaire annuel moyen est 26.930 €. Les aides comptables touchent le salaire annuel le plus bas de 20.000 € et les collaborateurs comptables, qui gèrent un portefeuille d’entreprises, peuvent obtenir un salaire dans les 34.000 €.

>> Lire également : Les métiers de E-commerce

Les technologies numériques, métiers de demain et d’aujourd’hui déjà

Les opportunités sont toujours aussi nombreuses pour les jeunes diplômés des métiers de l’IT et des technologies de l’information. Les entreprises continuent à se tourner vers le numérique et font donc naturellement appel aux professionnels des nouvelles technologies. De multiples opportunités se profilent pour 2020. Les projets fleurissent dans les entreprises et certains postes particulièrement porteurs sortent du lot. C’est le cas de celui de chef de projet fonctionnel qui permet aux jeunes diplômés d’acquérir des responsabilités, tout en montant rapidement en compétences. Le métier de développeur nouvelles technologies, orienté Web séduit également les candidats. Plus globalement, les postes qui touchent aux bases de données recrutent fortement, l’important pour les entreprises étant de les harmoniser (RGPD, Big data etc.). Pour les rémunérations, un Chef de projet SI (Système d’information) a un salaire moyen annuel brut entre 40 000 et 45 000 euros.

Génie civil, immobilier, ingénierie, des secteurs courtisés par les employeurs

C’est en effet le constat de cette étude. Les métiers de l’immobilier, du Génie civil et de la construction sont très demandés surtout avec le développement des énergies renouvelables (nouvelles infrastructures d’habitation). On assiste d’ailleurs à l’apparition de nouveaux métiers comme celui de Property Manager, avec un salaire moyen entre 32 000 et 36 000 euros annuels. Dans les fonctions d’ingénieur toutes les spécialités-métiers sont bénéficiaires de ce contexte favorable. Les candidats seront quant à eux particulièrement attirés par des postes qui ne se limitent pas à une expertise unique mais qui s’ouvrent sur le reste de l’entreprise. Les postes relatifs à la Qualité-Hygiène-Environnement à la santé sont particulièrement recherchés.