Le secteur logistique couvre l’ensemble du processus organisationnel d’un produit, depuis les opérations d’achat et la gestion des fournisseurs jusqu’au transport et la livraison finale de la marchandise, en passant par le stockage en entrepôt.

La mondialisation des échanges commerciaux ainsi que les technologies numériques ont considérablement transformé les métiers dans ce domaine. Tour d’horizon des débouchés principaux et des cursus y menant.

  • Responsable logistique

Il est chargé de l’approvisionnement et de la gestion des stocks de marchandise. En contact constant avec les fournisseurs, il traite les préparations de commande et en assure l’expédition vers les clients de l’entreprise.

Fin stratège, il doit veiller à préserver l’équilibre entre les coûts et les exigences du service marketing. Ce manager d’équipe peut également être amené à implanter de nouvelles lignes de production. Le sens de l’organisation ainsi que des connaissances en fiscalité du transport lui sont des compétences indispensables.

  • Responsable d’exploitation

Veiller à l’entretien de la flotte, aux opérations de maintenance des véhicules, ou encore gérer le personnel de conduite et les différents équipages opérationnels, telles sont parmi les principales missions du responsable d’exploitation. Il doit être doté d’une réelle capacité à gérer une équipe et d’une parfaite connaissance du monde du transport.

  • Manager Supply chain

C’est le responsable du pilotage de la chaîne logistique, tant en interne qu’en externe avec les autres intervenants. Sa mission essentielle consiste à mettre en œuvre des solutions logistiques en adéquation avec la stratégie de vente de l’entreprise. Pour cela, il doit être capable de synthétiser l’ensemble des éléments de la chaîne logistique : prestataires de services, fournisseurs et autres distributeurs. En plus d’un sens de la négociation aiguisé, il doit maîtriser une, sinon plusieurs langues étrangères, mondialisation oblige.

  • Préparateur de commandes

Evoluant principalement en entrepôt ou en magasin, il est chargé du conditionnement des produits. Il travaille en étroite collaboration avec le service commercial qui lui transmet les bons de commandes. Il exerce ainsi des activités de manutention comme l’emballage des marchandises, la conformité du produit par rapport à la commande ou encore le contrôle des factures. Bref, la gestion des stocks, c’est son affaire.

  • Agent commercial des transports

Au service d’une compagnie aérienne ou d’un armateur, il est à la recherche de contrats et donc de clients pour son entreprise. Il doit être régulièrement informé de l’apparition de nouvelles lignes ou encore des dernières innovations technologiques en matière de transport. Les compétences requises ? Un sens de la négociation développé et de bonnes connaissances juridiques en matière de commerce international.

  • Affréteur

C’est le chef d’orchestre de l’organisation du transport de marchandises. Il coordonne son travail aussi bien avec les manutentionnaires qu’avec les transporteurs ou encore les clients. C’est lui qui décide du moyen de transport le plus avantageux : routier, ferroviaire, maritime ou aérien. Le suivi des prestations et la connaissance du contrat de transport font également partie de ses tâches.

  • Agent de transit

Qu’il s’agisse de transport routier, fluvial, maritime ou aérien, l’agent de transit  prend en charge les opérations de transit des marchandises. Une  bonne connaissance des formalités administratives lui est indispensable car il est notamment chargé des déclarations à la douane.

La négociation commerciale constitue l’autre volet de son activité car les compagnies d’assurances sont parmi ses interlocuteurs inévitables. Il doit en outre posséder une excellente maîtrise de l’outil informatique afin de réaliser un suivi régulier du parcours du fret à travers les quatre coins de la planète.

Des formations depuis le BTS jusqu’au Master universitaire

 

Depuis quelques années, le secteur de la logistique et du transport connaît une hausse des qualifications avec des formations assez poussées. Pour un cursus court, le BTS Transport et prestations logistiques est d’une durée de 2 ans pour un volume horaire de 1080 heures par année.

Pour une bonne insertion professionnelle, des stages de 4 semaines consécutives au minimum sont prévus chaque année. Proposé par 120 établissements en France, ce diplôme connaît un bon taux de réussite de 67,9%. Il est accessible, sur dossier, aux titulaires d’un baccalauréat général, technologique ou professionnel.

L’enseignement s’articule autour de modules pratiques et opérationnels d’une part, tels l’ « Organisation, mise en œuvre et gestion des opérations de transport et de logistique » ou encore le management d’équipe, et d’autre part autour  de disciplines de culture générale comme les langues vivantes étrangères et l’économie.

Les débouchés y concernent toutes las activités ayant trait aux flux internationaux de marchandises. Si vous optez pour un Diplôme Universitaire de Technologie, le DUT Gestion logistique et transport, d’une durée également de 2 ans, est ouvert, sur examen du dossier, aux titulaires d’un baccalauréat général, technologique ou professionnel.

La formation est ponctuée au 4ème semestre par un Projet Personnel et Professionnel étalé sur un volume horaire de 12 heures. Des stages professionnels de 3 semaines à un mois sont prévus chaque année. L’enseignement y est subdivisé en catégories de modules : « Outils de gestion logistique et de l’entreprise », « Gestion de projet », « Globalisation et Communication », ou encore pour la 2èmme année du cursus, « Gestion de la chaîne logistique ».

Les débouchés concernent  des métiers tels responsable d’exploitation transport ou encore affréteur de transport aérien. Quant au DUT Qualité, logistique industrielle et Organisation (QLIO), il forme des techniciens supérieurs plus orientés vers l’activité industrielle de a logistique.

De nombreuses possibilités de poursuite d’études avec les Masters

Il existe en France un grand nombre d’universités et d’écoles privées spécialisées qui proposent des formations de qualité en Licence,  Master 1 et 2. En voici les principales.

  • Université Paris 4-Sorbonne : Master Métiers du Commerce International (MCI)
  • Université de Cergy-Pontoise :
  • Master 2 Exploitation et Développement des réseaux de transports publics
  • Master 2 Génie Civil et Infrastructures (GCI)
  • Université Lille 1 Sciences et Technologies : Master Economie du commerce international et de l’intégration européenne (Master ECIIE)
  • ESC Rennes School of Business : Master of Science in Supply Chain Management- Logistics or Purchasing
  • Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis : Master .professionnel Management et Commerce international
  • Université Paris 8-IUT de Tremblay : Licence professionnelle Logistique de distribution et commerce international

Et ailleurs en Europe ? Des établissements internationaux spécialisés en Allemagne

 

Si le pays et la culture de Goethe vous attirent, sachez qu’en Allemagne, l’enseignement technique et supérieur y est de haute-qualité. Il existe plusieurs établissements spécialisés dans le domaine logistique, intéressants surtout pour ceux qui envisagent une carrière à l’international.

Parmi les plus prestigieux, on trouve la Kuhne Logistics University de Hambourg, c’est l’unique université au monde spécialisée dans la logistique. Elle propose plusieurs formations d’excellence en la matière. Tel  le Master en Logistique et Supply Chain consacré aux différentes techniques de gestion de la chaîne d’approvisionnement combinées à l’économie.

Notez qu’il s’agit d’un programme en langue anglaise. Quant au Master en Gestion de la Chaîne d’approvisionnement-Tri Continent, il s’agit d’un programme mondial qui présente la particularité de se dérouler sur 3 continents, à Hambourg en Allemagne, à Shanghai en Chine et à Knoxville au Tennessee aux Etats-Unis.

La formation intègre des modules aussi divers que la gestion des risques, les techniques informatiques ou encore les opérations de logistique. Le dernier semestre y est consacré à un stage professionnel ainsi qu’à la rédaction d’une thèse de Master.