Savez-vous que la réalité virtuelle intègre de plus en plus les cursus de formation et les apprentissages ? Les avantages de cette technique d’enseignement sont nombreux comme nous allons le voir et certains pays, comme le Canada sont très en avance en ce domaine.

Qu’est-ce que la réalité virtuelle ?

Il faut commencer par distinguer la réalité virtuelle de la réalité augmentée. A la différence de la réalité augmentée (RA), qui ajoute de l’information au réel, la réalité virtuelle cherche à nous transporter ailleurs, pour nous faire vivre une expérience immersive, plus ou moins complète, par le moyen d’équipements technologiques et numériques qui reproduisent en 3D,  trois dimensions, des environnements (réels ou fictifs). On peut y tourner la tête à 360 degrés, regarder en haut, en bas, voire se déplacer en marchant dans l’espace virtuel  si bien sûr l’équipement et le lieu où on se trouve le permettent. Une fois plongés dans cet univers de synthèse, nous sommes appelés à mener diverses activités sensori-motrices et cognitives. L’une des principales valeurs ajoutées communes à ces systèmes réside dans la possibilité de changer les contextes de pratique pour l’apprentissage et d’engendrer des évènements, comme des perturbations externes, des dysfonctionnements ou des pannes. Les variables de situation sont contrôlées par les instructeurs. Les simulations sont, à ce titre, bien plus flexibles que les situations réelles. Par exemple, pour qui qui font des études en aéronautique ou qui veulent devenir pilotes de ligne, les simulateurs de vol pleine-échelle, qui utilisent de vrais cockpits, répondent à l’objectif de placer l’apprenant dans une situation proche du vol réel. Le simulateur est alors supposé réagir comme le système réel qu’il représente.

>> Lire également : Innovation numérique: des objets connectés toujours plus nomades

Au Canada, des images de synthèse et des casques au service de la formation

Si vous souhaitez poursuivre des études au Canada, sachez que le pays est particulièrement en avance en matière de réalité augmentée dans l’enseignement. Ainsi, l’Université de Sherbrooke a réalisé une série d’expérimentations et de simulations virtuelle dédiées à l’apprentissage : Qu’il s’agisse de photos 360°, de vidéos 360°, d’images de synthèse, de modélisation 3D, de casque, de capteurs, de gants ou de manettes, les dispositifs et les usages en réalité virtuelle sont très variés. Par intérêt pédagogique, l’université canadienne teste et étudie dispositifs et équipements de réalité virtuelle appliqués à la formation depuis 2010 déjà. Plusieurs applications ont depuis été mises en place pour des domaines de formation aussi divers que la médecine, les études de santé, la balistique (science du mouvement des projectiles dans le domaine militaire), le dessin en trois dimensions et même en économétrie  pour pouvoir se déplacer virtuellement dans une immense représentation graphique ou au milieu d’une analyse de données ! Voici quelques exemples d’opérations possibles pour apprendre aux étudiants à s’exercer durant leur cursus :

  • Opérer à cœur ouvert et réanimer un bébé
  • Piloter ou faire atterrir un avion en situation d’urgence
  • Désamorcer une bombe ou manipuler le cœur d’un réacteur nucléaire
  • Visiter des lieux ou des bâtiments inaccessibles parce que sous-marins ou lointains
  • Apprendre une langue étrangère en conversant dans un autre pays
  • Prendre la parole en public
  • Dessiner en trois dimensions dans l’espace pour faire des plans, des designs de prototypes ou de l’art
  • Intervenir auprès d’enfants ayant des besoins particuliers qui sont devant soi et réagissent en temps réel aux interventions
  • Se déplacer dans une immense représentation graphique d’une analyse de données de recherche, en économétrie ou dans un schéma conceptuel complexe. Epoustouflant, n’est-ce pas ?

>> Lire également : Apprentissage des langues en ligne: les applications efficaces

Les applications mises en place par l’université de Sherbrooke

Depuis ces dernières années, plusieurs applications de réalité virtuelle ont été développées par l’université, en voici les principales :

3D Organon Anatomy fait voir le corps humain d’un autre œil. Les étudiants ont pu y observer, déplacer, presque toucher certains muscles et organes, apprendre leur nom et fonction, ainsi que bien saisir leur position relative les uns aux autres dans l’espace. Les étudiants ont même pu carrément entrer dans un corps virtuel.

Google Earth VR fait voyager sur terre et dans les airs. Le étudiants n’ont qu’à choisir un endroit sur le globe, y voler tel un oiseau, y atterrir pour enfin observer ce lieu.

Engage Education a permis d’en apprendre un peu plus sur la balistique et d’expérimenter la validité d’une formule qui calcule la distance d’un projectile en l’appliquant à un cas concret, soit le tir de boulets de canon sur un navire ennemi.

Tilt Brush a permis de réaliser des dessins en trois dimensions en se déplaçant dans l’espace où se trouvait le dessin, un peu comme si les étudiants avaient sculpté un modèle ou fait de la peinture en aérosol dans un environnement en apesanteur.

En France, la réalité virtuelle au service des Facultés de médecine

Vous avez le projet de poursuivre des études de médecine en France ? Sachez que l’université Pierre et Marie Curie, qui  dépend de Sorbonne Université, utilise la réalité virtuelle pour enseigner une structure anatomique complexe du corps humain, il s’agit de l’os appelé le rocher situé sur l côté du crâne. Grâce à une application de réalité virtuelle et à des impressions en 3D, les étudiants en médecine vont pouvoir appréhender et explorer de façon très concrète ce petit os fort compliqué et crucial qu’est le rocher. Grâce à ce dispositif issu d’une dernière technologie de pointe, à  l’écran, les étudiants peuvent explorer l’intérieur du cerveau : par exemple, enlever un morceau de lobe, puis la substance blanche qui se trouve dessous pour voir les noyaux, les ventricules, etc., ce qui ne serait pas possible en dissection sans tout abîmer. Cette application innovante permettra aussi des  simulations pour former les chirurgiens. Changeons maintenant de continent pour partir vers l’Australie où l’université de Sydney est dotée de l’Immersive Learning Lab (ILL), qui n’est rien de moins que le plus grand laboratoire de réalité virtuelle du pays où les étudiants de plusieurs facultés suivent leur formation pratique.

>> Lire également : Médias interactifs et numériques: les formations en France et à l’étranger