Vous souhaitez poursuivre des études de santé en France ? Alors sachez que les modalités d’accès changent avec la suppression de la PACES à la rentrée 2020. Elle sera remplacée par trois nouvelles voies d’accession. Décryptage.

Fin de la PACES : une diversification des voies d’accès aux filières santé

C’est officiel : à partir de 2020, la PACES, première année commune aux études de santé ainsi que le numerus clausus seront supprimés en France. La transformation des études de santé vise à mieux former, mieux orienter et mieux insérer les futurs professionnels de la santé. Il s’agit également de diversifier les voies d’accès aux filières de santé.  Cette rénovation répond à 4 objectifs :

  • Améliorer l’orientation et la réussite des étudiants, dans la continuité du Plan Etudiant
  • Adapter les compétences des professionnels de santé aux besoins du système de santé pour soutenir sa transformation,
  • Décloisonner les filières de santé et permettre des temps de formation en commun
  • Améliorer la qualité de vie et le bien-être des étudiants en santé

>>  Lire également : Paramédical: Connaissez-vous l’infirmier spécialisé?

Les trois nouvelles voies d’accès aux études de santé en France

Jusqu’ici l’admission dans les études de santé, à savoir la maïeutique (infirmière sage-femme), la médecine, l’odontologie (médecine dentaire) et la  pharmacie, se faisait presque exclusivement via la PACES. À la rentrée 2020, toutes les universités françaises mettront en place de nouvelles modalités d’accès aux études de santé après une, deux ou trois années d’études supérieures de santé. Chaque étudiant pourra présenter sa candidature aux études de santé deux fois. Les lycéens pourront ainsi choisir entre plusieurs parcours, intégrés dans les mentions de licence (une licence avec une option “accès santé” (L.AS) ou un parcours spécifique “accès santé”, avec une option d’une autre discipline (PASS). Le numérus clausus, auparavant fixé nationalement, sera supprimé, et les universités pourront, en lien avec les Agences Régionale de Santé et dans le souci de s’adapter au mieux aux besoins des territoires, définir le nombre d’étudiants qu’elles admettent dans les différentes filières. Voici les trois nouvelles voies d’accès.

Une Licence avec une option « accès santé » (L.AS) : il s’agit d’une Licence mineure santé. Le lycéen choisit la licence qui correspond le mieux à ses projets et points forts (Biologie, SVT, Economie…) mais qui doit proposer une option « Accès santé » pour la filière qui l’intéresse, à savoir médecine, maïeutique, odontologie ou pharmacie. Au sein de cette licence, l’étudiant suit des enseignements relatifs à l’option « accès santé ». S’il valide sa 1ère année, il peut candidater dans la filière de santé qui l’intéresse et il est admis en 2ème année de la filière qui l’intéresse. Sinon, il peut redoubler sa 1ère année ou se réorienter via Parcoursup.

Un parcours spécifique « accès santé » avec une option d’une autre discipline : il s’agit d’une licence majeure santé. Le lycéen choisit le parcours spécifique santé (PASS) avec une majorité d’enseignements dans des disciplines de santé et une option qui correspond à ses points forts (Droit, Gestion, Mathématiques…). Ce parcours est proposé par les universités ayant une faculté de santé. Si le lycéen valide sa première année, il peut alors candidater aux études de santé. S’il ne valide pas sa 1ère année de licence, il ne peut pas candidater aux études de santé et, attention, il ne peut pas redoubler dans ce cas-là.

Un système Passerelle : il s’agit tout simplement d’opter pour une formation de 3 ans d’auxiliaire médical dans une école d’infirmiers. En effet, dans certaines universités, il vous sera également possible de candidater aux études de maïeutique, médecine, odontologie, pharmacie à partir d’autres formations en santé. Ainsi, un lycéen ayant choisi une formation de santé courte, comme par exemple un Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), pourra bifurquer vers une formation longue.

L.AS ou PASS, comment choisir la filière qui me convient le mieux ?

Vous devez prendre en compte vos points forts, vos centres d’intérêt et les filières qui vous intéressent en dehors de la santé. La candidature aux études de santé sera jugée, pour une part importante, sur les notes obtenues en première année à l’université. Il est donc recommandé de formuler des vœux pour des parcours qui correspondent aux points forts au lycée et au projet d’études. Les lycéens dont les points forts sont dans des domaines éloignés de la biologie peuvent choisir une licence avec « option santé » dans un domaine qui les intéresse. Enfin, sachez que c’est le jury des universités qui fixe les notes minimales permettant aux candidats d’être admis en deuxième ou en troisième année du premier cycle des formations de médecine, de pharmacie, d’odontologie ou de maïeutique. Sachez aussi que épreuves peuvent être communes à plusieurs parcours de formation. Il faut aussi savoir que si vous souhaitez poursuivre des études de médecine en français, il existe d’autres pays que la France qui proposent des cursus intéressants. C’est le cas notamment de la Roumanieuniversité de Cluj propose des programmes en français, anglais et roumain, au choix. D’ailleurs, on retrouve de nombreux étudiants internationaux dans ces cursus. Voilà, vous savez tout sur les changements à venir ; et bonne chance à tous !