Les technologies numériques ont profondément bouleversé le marché de l’emploi. Plusieurs métiers vont disparaître et d’autres vont apparaître, il en résulte que l’insertion professionnelle des jeunes diplômés s’en trouvé modifiée. Zoom sur un changement majeur de nos sociétés.

Des modes de travail bouleversés par l’intelligence artificielle et le numérique

Selon une étude menée conjointement par le think tank californien Institute for the Future et la société Dell Technologies, 85% des emplois de 2030 n’existent pas à l’heure actuelle. Les interactions homme-machine, l’intelligence artificielle et la technologie numérique sont de plus en plus présentes dans l’entreprise et ont une influence directe sur nos modes de travail. Il faut voir cela comme une chance et ne pas s’en effrayer car cela comporte plusieurs avantages. Selon cette étude, lors d’un recrutement de candidats, 67% des employeurs envisagent d’utiliser les nouvelles technologies pour assurer l’égalité des chances entre les candidats en éliminant les préjugés humains lors de la prise de décision. Grâce à la collaboration homme-machine, les candidats à l’emploi pourront être jugés sur leurs aptitudes, plutôt que sur leur genre, leur âge ou leur milieu social, ce qui renforcera l’égalité sur le lieu de travail. Les entreprises pourront par exemple faire appel à l’intelligence artificielle pour éviter les préjugés humains au cours du processus de recrutement et produire ainsi les meilleures équipes possibles. Au cours des dix prochaines années, l’essor de technologies telles que la réalité augmentée va permettre une autonomie encore plus grande aux employés, qui apprendront à collaborer d’une manière totalement inédite et immersive. Ainsi, 86% des dirigeants d’entreprise envisagent d’utiliser les technologies émergentes pour optimiser la productivité des collaborateurs.

Une collaboration entre humains et robots en perspective

Selon l’étude de Dell technologies et Institute for the Future, 70% des dirigeants d’entreprise sont prêts à accepter une collaboration entre les hommes et les robots pour dépasser les limites imposées par la nature humaine. C’est ainsi le domaine de la robotique, c’est-à-dire la conception et fabrication de machines automatiques, qui est promise à un avenir prometteur. LIA (intelligence artificielle) ne remplacera certainement pas les compétences humaines, mais les complètera et les amplifiera. Les collaborateurs qui seront à l’aise avec l’IA pourront utiliser leurs compétences pour mieux gérer les flux de travail, effectuer leurs tâches, mais aussi comprendre et utiliser plus facilement les données et Big data que nous collectons. Bref, Les partenariats homme-machine peuvent réinventer le monde du travail de demain, à condition bien sûr que les hommes en restent maîtres.

Une transformation de l’économie pour demain

Les partenariats homme-machine vont transformer l’économie internationale et faire apparaître de nouveaux moyens de faire du business et de créer de la valeur. Des opportunités nouvelles apparaîtront dans l’organisation du travail. Ce qui est donc en jeu, pour l’homme, c’est donc de se recentrer sur ce qu’il peut (encore) faire mieux que la machine. L’étude fait sur ce point un constat important : «la capacité à acquérir un nouveau savoir vaudra plus que le savoir déjà appris ». On ne perfectionnera plus son art dans un métier, mais on perfectionnera sa capacité à être rapidement satisfaisant dans de nouveaux métiers. Selon le Bureau du Travail américain, les étudiants  d’aujourd’hui auront exercé 8 à 10 emplois lorsqu’ils auront 38 ans, et l’étude de Dell rajoute que nombre de personnes seront freelance, sans poste fixe, cumulant différentes missions auprès d’employeurs multiples. Ainsi, la nomadisation du travail va permettre de dégager de nouvelles opportunités. Les individus pourront travailler pour plusieurs entreprises simultanément, par-delà les frontières et les décalages horaires. Concernant les secteurs qui recruteront le plus d’ici à 2030, on trouve : les métiers de la santé, du paramédical (infirmier) et d’aide à la personne. Les métiers liés à l’accompagnement tels qu’aide à domicile, auxiliaire de vie ou assistante sociale sont appelés à se développer dans les prochaines années. Leur rôle : améliorer le quotidien des personnes dont ils ont la charge pour leur permettre de vivre dans les meilleures conditions. Cela peut aller des courses à l’aide à la mobilité afin de maintenir un lien social. Les métiers de l’environnement sont également un secteur porteur : la lutte contre le réchauffement climatique devrait créer 24 millions d’emplois dans le monde. Enfin, les nouvelles technologies seront-elles aussi porteuses d’emploi avec de nouveaux métiers tels Data scientist.