Vous souhaitez poursuivre des  études de cinéma et d’audiovisuel ? Une formation en France ou ailleurs à l’étranger vous intéresse ? Il est important de s’informer sur les métiers sur lesquels débouchent ces cursus. Explications.

Les métiers d cinéma sont d’une grande diversité

Depuis l’écriture de scénarios au montage en passant par la production, les métiers du cinéma sont d’une extrême diversité. Il existe aujourd’hui des établissements réputés en ce domaine, notamment l’Ecole nationale supérieure Louis Lumière en France. Cette école de cinéma est d’ailleurs une référence en la matière puisqu’elle intègre des formations aussi bien dans les métiers de l’image, que du son ou de la photographie. Seulement, il serait intéressant de s’interroger sur les débouchés professionnels de ce 7ème art. Ils sont nombreux et font appel à des compétences  tant techniques que créatives. En voici un florilège.

Scénariste : c’est un professionnel de l’écriture de scénarios. Il créé et construit une histoire dramaturgique en intégrant tous les paramètres propres à l’écriture cinématographique tels les dialogues des personnages et les enchaînements des plans-séquences. C’est à lui que revient la charge de l’intrigue principale du film ou de la série télé. Il peut également adapter une œuvre littéraire déjà existante. Le scénariste peut être amené à collaborer avec un storyboardeur dont la fonction est de créer des images et des dessins à partir de l’histoire originale.

Réalisateur : il est chargé de la mise en scène de l’histoire. Pour ce faire, il découpe l’action générale en différents plans qui vont rythmer le film. Sa responsabilité est très grande puisque c’est lui qui dirige les comédiens tout en s’occupant également du choix du casting, des décors, des costumes et des accessoires. Bref, ses compétences artistiques doivent être sûres et avérées. Cat c’est lui qui imprègne un style original au film. Il peut être accompagné par un assistant-réalisateur (1er et même 2ème assistant) qui l’aide à gérer son plan de travail.

Producteur : il doit concilier l’aspect artistique du film avec le budget financier dont il dispose auprès de la société de production. Pour trouver des financements, il peut chercher des partenariats avec des chaînes de télévision par exemple ou demander des subventions de l’état. Son rôle est aussi de sélectionner les scénarios pour lesquels il souhaite investir de l’argent. Bref, il a une double casquette de gestionnaire financier et de cinéphile averti.

Chef décorateur : il est chargé de la conception et de la création des décors, c’est-à-dire de la scénographie. Ce chef d’équipe de techniciens s’occupe du suivi des travaux de construction et d’aménagement des différents décors : mobilier, peinture, équipements, choix des locaux de tournage…  Il dit avoir un sens esthétique prononcé car il intervient également dans le choix des couleurs qui animeront les différentes scènes.

Chef opérateur son : c’est tout simplement un ingénieur du son aux compétences scientifiques et techniques avérées. Il est le responsable principal de la qualité sonore du film qu’il prend en charge en supervisant la technique sur le tournage, mais aussi en post production. Il doit assurer le fonctionnement sonore des équipements et appareils ainsi que le placement des micros.

Scripte : Son travail consiste à noter minutieusement tout ce qui se déroule sur le tournage, puis d’en établir des rapports pour les images, avec les informations techniques de chaque prise. Il s’occupe aussi de rédiger des rapports pour le montage, avec le nombre de prises effectuées pour chaque plan, des rapports sur les raccords qui ne sont pas tournés, etc. Bref, un vrai travail de fourmi et un sens de l’observation aigu exigé.

Eclairagiste : c’est un technicien électricien qui est responsable de l’ensemble de la logistique visuelle et donc des différents branchements électriques mais aussi des appareils électroniques. L’installation et le fonctionnement des projecteurs, l’entretien du groupe électrogène, la qualité d’un éclairage adapté aux différentes scènes, c’est lui qui s’en charge.

Monteur image : en régie, il visionne tous les rushes. Les rushes désignent l’ensemble des éléments (image et son) produits au cours du tournage.  A la suite de son travail, souvent laborieux et long, de visionnage, il sélectionne les meilleurs plans. L’étape suivante, Il détermine les débuts et les fins de ces plans sélectionnés, fait les raccords nécessaires et effectue un premier assemblage. La bande image est ainsi travaillée et retravaillée jusqu’à obtenir le meilleur résultat final. Le monteur image est amené à travailler en étroite collaboration avec le réalisateur du film.

Concepteur d’effets spéciaux : il est chargé de la conception et de l’exécution des effets spéciaux qu’il supervise. Il doit avoir une parfaite maîtrises des outils numériques : modélisation, synthèse d’images 3D, traitement numérique et digital, compositing. Ce dernier est une technique numérique qui consiste à mixer plusieurs sources d’images pour en faire un plan visuel unique. Bref, pour ce métier, mieux vaut être au faîte des dernières technologies…