Vous venez de terminer vos deux années de classe prépa et souhaitez intégrer une école d’ingénieurs en France ? Voici quelques critères à prendre en considération pour un choix éclairé.

Les labels et accréditations, gage de notoriété

Il existe, aujourd’hui en France, près de 250 formations menant au métier d’ingénieur. Intégrer une école d’ingénieurs dans le cadre d’un projet d’études en France est le rêve de plus d’un jeune. Seulement, se pose la question du choix du bon établissement. Comment trouver l’école qui vous convienne ? Qu’en est-il de la qualité de la formation ? Voici quelques critères qui vous aideront à bien choisir. 1er élément : les labels et accréditations. Ces labels représentent des critères précis de qualités pédagogiques et de gouvernance, gages d’une véritable confiance des organismes officiels. Le premier label et le plus important est celui de la Commission des Titres d’Ingénieur-CTI. La CTI est un organisme indépendant, chargé d’évaluer toutes les formations d’ingénieur, de développer la qualité des formations, de promouvoir le titre et le métier d’ingénieur en France et à l’étranger. Depuis 2020, la CTI est également en charge de l’évaluation des formations de Bachelor (bac+3) des écoles d’ingénieurs françaises en vue de l’attribution du grade de licence à ces diplômes d’établissement. Il existe aussi les accréditations CGE (Conférence des Grandes Écoles), elles, portent une attention toute particulière à la pertinence des formations en fonction des besoins exprimés par les entreprises et les territoires.

Ainsi, Parmi les 17 écoles du concours Mines-Télécom, chacune affiche sa propre combinaison de labels. On y retrouve des labels internationaux comme le très reconnu THE (Time Higher Education), dont bénéficie Télécom SudParis, ou encore les fameux Erasmus et Bienvenue en France (une référence pour les étudiants étrangers) obtenus par Mines-Saint-Étienne ou ENSTA Bretagne. Puis il y a aussi les accréditations en fonction des spécialités proposées et des attentes des étudiants. En 2020, Institut Mines-Télécom Business School a par exemple été de nouveau accréditée AMBA (Association of MBA’s), un label de qualité pour les écoles de commerce.

Une école spécialisée ou généraliste ?

On distingue les écoles d’ingénieurs spécialisées et celles généralistes. Si vous faites partie de ceux qui ont une véritable affinité avec une discipline particulière, un secteur précis, ou qui souhaitent d’ores et déjà se former à un métier, alors les établissements spécialisés sont très certainement ceux qui vous correspondent le plus. Par exemple, si le numérique vous passionne, sachez qu’il existe désormais des cursus véhicule autonome et connecté, proposé notamment par l’ESIEAEcole Supérieure d’Informatique-Electronique-Automatique. Seulement, comme il n’est pas donné à tout le monde de connaître avec exactitude le parcours le plus approprié, pour ceux qui seraient encore indécis, les établissements généralistes sont certainement l’option la plus adéquate. Ils fournissent un enseignement théorique et pratique dans les grandes disciplines scientifiques et vous permettent ainsi d’affiner votre choix au fur et à mesure que vous avancez dans votre formation. Rien ne sert de se presser si vous n’êtes encore sûr de votre choix. Dans ce cas les écoles d’ingénieurs généralistes restent l’option la plus sage. De toutes les manières, même la plus généraliste des écoles vous offre la possibilité de choisir (souvent en 3e, 4e ou dernière année du cursus ingénieur) des spécialités (dominantes, majeures, options, filières…).

Les débouchés professionnels et partenariats avec les entreprises

L’insertion professionnelle des lauréats et les partenariats avec les entreprises sont également un critère à prendre en considération. Bien que cela puisse vous sembler encore lointain, lorsque vous choisirez votre formation, il est important d’en observer les débouchés. Par exemple, les écoles du Concours Mines-Télécom permettent d’accompagner et de préparer les étudiants au monde du travail. Cela passe notamment par des formations concrètes, en adéquation avec les besoins du marché. Avec l’aide du réseau des grandes écoles dont elles font partie, elles ont pu construire des partenariats avec de nombreuses entreprises de renom. Enfin, sachez que parmi les domaines appelés à se développer fortement dans les prochaines années, on retrouve les énergies renouvelables, les technologies numériques et l’urbanisme durable.

Lire également : Informatique et numérique : le métier de cryptologue