Concours aux écoles d’ingénieurs post-prépa: comment les préparer?

0
314

La période d’inscription aux concours des écoles d’ingénieurs en France approche. Si vous êtes en 2ème année d’une classe préparatoire scientifique, il est temps de commencer à préparer les concours. Conseils de méthode de travail.

Opérer un choix pertinent et réaliste de concours

Tout dépend d’abord de votre prépa d’origine (MP, PC, PSI…) et du type de concours aux grandes écoles d’ingénieurs que vous visez: concours Mines-Ponts, Centrale-Supélec ou encore X-Polytechnique et bien d’autres encore. S’il existe des écoles qui possèdent un centre d’examen au Maroc, il reste que cependant dans la plupart des cas un déplacement est à effectuer en France, ne serait-ce que pour les oraux. Il est donc important de bien choisir ses concours. N’hésitez donc pas à vous informer sur les établissements, à consulter les différents classements d’écoles d’ingénieurs en France, mais aussi à recueillir le témoignage d’étudiants qui sont passés par votre parcours. Il existe sur internet de nombreux forums étudiants d’anciens » taupins »  (élèves en prépas scientifiques) qui peuvent vous être utiles. Faites aussi bien attention aux coefficients affectés par les écoles selon l’épreuve (mathématiques, physique, informatique). Si vous postulez à un concours à très fort coefficient en SVT et que vos résultats sont plutôt moyens en cette matière, vous ne mettez pas toutes les chances de votre côté… En revanche, si vous avez un excellent niveau en mathématiques, privilégiez alors les concours à fort coefficient en maths.

Organisation, emploi du temps, les clefs de la réussite

Dès à présent, faites-vous en emploi du temps personnel de vos révisions aux concours. Et surtout, tenez-vous-y jusqu’au bout. On conseille généralement deux heures de révision par jour (en-dehors des heures de cours bien sûr) et une dizaine d’heures le week-end. Ne lésinez pas sur les exercices des annales, pratiquez-en le maximum possible et si possible dans les conditions du concours (respect de la durée impartie). Vous gagnerez ainsi en rapidité et éviterez, le jour du concours, le piège de n’avoir pas réalisé un ou deux exercices pour avoir passé trop de temps sur une partie seulement de l’épreuve. Une fois par mois au moins, ou tous les quinze jours, faites le point sur les connaissances acquises. Cela vous permettra de garder le fil de votre apprentissage. Autre point important: le travail en groupe. Certes vous allez faire vos révisions de façon individuelle, mais il est fortement conseillé de les compléter par un travail en groupe (une fois par semaine ou une fois tous les quinze jours). Non seulement cela est efficace intellectuellement, mais de plus l’on est moins stressé lorsque l’on est en groupe que lorsqu’on reste isolé seul dans son coin.

Ne négligez pas les matières de culture générale et les langues

Que d’élèves qui ont raté leur concours à causes de quelques malheureux points… qui auraient pu être acquis si vous aviez travaillé davantage la matière de dissertation en français ou votre anglais! Sachez que certaines écoles opèrent une sélection entre les candidats par l’anglais. A niveau scientifique égal entre les candidats, c’est souvent les épreuves de culture générale et de langues qui font la différence, pensez-y. Vous pouvez par exemple lire les œuvres de français pendant ces vacances de fin d’année…

L’oral des concours se prépare bien en amont

C’est le piège à éviter: bien souvent, les candidats préparent les oraux pendant les quelques semaines entre les épreuves écrites et orales, or cela est insuffisant. Dès le début de vos révisions, prévoyez une plage horaire pour les épreuves orales. Entraînez-vous oralement aux épreuves de langue mais aussi à l’entretien de motivation. Pour cela, réfléchissez dès à présent à votre projet professionnel afin de paraître décidé et déterminé le jour de l’entretien. Pour les langues, n’hésitez à pratiquer le maximum possible, n’hésitez pas à rejoindre des forums de langue, il en existe beaucoup maintenant. Bref, dites-vous que vous allez commencer un marathon qui va s’étaler d’avril à mai et que, comme pour tout autre marathon, la préparation est essentielles des mois à l’avance. Un concours est toujours un concours de circonstances, alors mettez dès à présent toutes les chances de votre côté… et bon courage!