Une université de province possède l’un des taux de réussite en licence en 3 ans les plus élevés de France, il s’agit de l’université d’Angers. Quels sont les secrets de sa réussite?

Un taux de réussite en licence en trois ans de 63,2% contre une moyenne nationale de 41%

Avec 8800 étudiants toutes filières confondues, l’université d’Angers n’est pas à proprement parler une grande université par la taille et l’effectif. Pourtant, d’après une enquête officielle sur le taux de réussite en licence dans les universités françaises, l’établissement arrive en 2ème position pour la réussite en licence en 3 ans, juste derrière l’INU (Institut national universitaire) Champollion (Albi, Castres et Rodez). L’université d’Angers dépasse en effet (en compagnie de l’université Lyon 2) les 60% de taux de réussite en licence en 3 ans, dépassant de plus de vingt points la moyenne nationale qui est d’environ 40%. Quant au taux de la validation de la Licence en général (en plus de 3 ans), il est de plus de 90% à Angers…Que se cache derrière cette réussite assez inattendue?

Un dispositif d’accompagnement et un suivi des étudiants

D’abord, la mise en œuvre du DAREDispositif d’accompagnement à la réussite des étudiants. Créé en 2016, il permet aux bacheliers en 1ère année d’université de bénéficier d’une aide individualisée de deux à quatre heures par semaine. Ce dispositif s’adresse aux boursiers et aux étudiants issus d’un baccalauréat professionnel ou technologique, c’est-à-dire pour ceux qui ont un taux de réussite en licence les plus bas de France (5% des bacheliers professionnels obtiennent leur licence en 3 ou 4 ans). L’inscription au DARE se fait sur la base du volontariat. L’accompagnement de l’étudiant prend deux formes:

  • une prise en charge par un assistant pédagogique d’une heure hebdomadaire. Il s’agit d’aider le bachelier à devenir étudiant. Les questions de méthodologie du travail sont expliquées afin que le jeune réussisse en cours. C’est aussi l’occasion de dialoguer sur des points extrascolaires comme l’intégration à l’université ou même des soucis de logement ou de santé par exemple.
  • un tutorat d’une à trois heures par semaine par des étudiants de Master. Cet accompagnement commence dès la rentrée universitaire au mois d’octobre et peut se prolonger tout au long de l’année si nécessaire. Si les résultats du 1er semestre ne sont pas probants, l’étudiant peut bénéficier du tutorat pour le second semestre. Au total, ce ne sont pas moins de 500 places qui sont ouvertes chaque année, ce qui est considérable pour un établissement d’une petite envergure.

Un guichet d’information unique pour les nouveaux arrivants

Autre service qu’offre l’université: Info Campus, un lieu unique pour obtenir toutes les informations et prestations dont le nouvel étudiant a besoin pour s’installer. Des personnes des services de l’université appelés “Experts” tiennent des permanences et l’on peut venir faire sa carte de transport, avoir des informations sur les aides financières, faire sa carte de sport et même obtenir un vélo! Un accompagnement aux démarches administratives est également proposé. Les étudiants étrangers sont bien sûr les bienvenus. Toutes ces initiatives incitent les étudiants à ne pas quitter l’université. Même s’ils ne réussissent pas leur 1ère année, ils ne quittent pas l’université, le dérochage est ici quasi inexistant. Bel exemple d’une université qui sait fidéliser ses étudiants…