Le concept de la délocalisation des diplômes au Maroc existe déjà depuis les années 2005, cela consiste à suivre les mêmes cours que ceux donnés dans d’autres pays comme la France ou les Etats-Unis, sans avoir à quitter le Maroc, et pour obtenir en fin d’études, un diplôme à double reconnaissance reconnu à l’étranger et au Maroc.

Le plus souvent ces diplômes sont proposées par des établissements privés qui ont des partenariats avec de grandes écoles à l’étranger. Ainsi, cette opportunité séduit certaines familles, qui voit en ce concept une solution plus facile et plus économique que de partir à l’étranger.

 

Exemples au Maroc

On note au Maroc différentes formules pour ce qu’on appelle les diplômes délocalisés :

  • A Casablanca “ComSup” est une école qui propose en partenariat des universités françaises, Sophia Antipolis à Nice en et l’Université Versailles, un master médiation et ingénierie culturelle et master communication des organisations.
  •  Il est possible aussi de suivre en alternance des cours entre Paris et Casablanca, c’est le cas pour le programme mis en place par l’école supérieure de commerce de Paris/école des affaires de Paris (ESCP/EAP).
  • Pour des programmes destinés aux cadres des collectivités locales, pour les entreprises publiques ou privées, deux établissements parisiens (ISCAE et ESSEC) proposent pour le Maroc, le Master pour le management des services publics.
  • Pour le diplôme de spécialiste universitaire en gestion des entreprises et activités touristiques, c’est cette fois-ci l’école espagnole, école supérieure du tourisme de la Costa Del Sol de Malaga en espagne (ESTCS) qui s’est associée à Sup’management.

 

Par ailleurs, on note aussi 4 cycles de formations, sur Casablanca, Marrakech, Rabat et Agadir, proposés par les établissements College Sherbrooke Maroc   :

  • DAEU français : Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires (Ministère français de l’Enseignement supérieur)
  • Bac+2, des formations techniques canadiennes en double diplomation, Maroc (MFP) et Canada (MELS)
  • Bac+3 des formations européennes sanctionnées par un DEES délivré par la FEDE en Suisse
  • Bac+5 des formations continues européennes sanctionnées par un Master délivré par la FEDE en Suisse.

 

Mais les établissements privés ne sont pas les seuls à s’être lancés sur ce marché. Un Master est également proposé par l’OFPPT, soit l’Euromaster, une formation télécoms et GSM en partenariat avec France Télécom qui au bout d’un cursus de sept mois pour un coût de 30 000 dirhams délivre un diplôme reconnu France Telecom.

 

La reconnaissance de la qualité des formations de Master dispensées à l’IGR-IAE s’élargit aussi au Maroc car l’IGR-IAE a été invité à contribuer au développement de filières de formation professionnelles au Maroc et au Vietnam, ainsi on note désormais  :

  • Master Marketing, Master délocalisé à Casablanca (Maroc) à l’IGA MAROC.
  • Master Comptabilité-Contrôle-Audit, Master délocalisé à Casablanca (Maroc) à l’IGA MAROC.
  • Master Systèmes d’Information et Contrôle de Gestion, Master délocalisé à Casablanca et Rabat à l’IGA MAROC et à l’EsDG Rabat.

 

La valeur des diplômes délocalisés

Les études à l’étrangers comme garantis pour les recruteurs

Le système marocain rend les reconversions et les changements de parcours très difficile ce qui incite de plus en plus d’étudiants à se tourner vers les écoles privées.

De plus, les écoles étrangères et les politiques migratoires rendent difficile l’accès aux études à l’étranger. Tous ces facteurs poussent les étudiants à intégrer un cursus délocalisé qui permet d’accéder à un diplôme supérieur quand toutes les autres portes se ferment.

 

Pourtant ce sont ces mêmes difficultés qui rendent si attractifs les CV de ceux qui sont partis réellement à l’étranger.

En effet, même si intrinsèquement, la valeur d’un diplôme est bien celle de l’université étrangère qui le délivre, dans la pratique, ces diplômes ne sont pas appréhendés de la manière par les professionnels :

 

  • En recrutant un jeune diplômé d’une université française, l’entreprise voit surtout l’expérience à l’étranger comme un vecteur important d’autonomie, de maturité, de prise d’initiative. Qualités qui ne seront pas forcément développées chez ceux restés au Maroc. Un séjour de longue durée à l’étranger est synonyme pour le recruteur de richesse interculturelle d’un regard neuf sur les métiers, etc.

 

  • De même, il est indéniable, que le recrutement des étudiants est beaucoup plus sévère pour partir réellement à l’étranger que pour faire la même formation au Maroc. Cette excellence académique est aussi un atout pour les recruteurs.

 

  • Dernièrement et point non des moindres, la valeur du diplôme dépendra surtout de l’institut qui le délivre et ses accréditations.

 

De plus, il faut se méfier de certains établissements privés qui se jouent de la méconnaissance des étudiants et de leurs parents.

Ainsi ceux qui présentent le DAEU comme un bac français, sont à la limite de la publicité mensongère. En effet, le DAEU donne accès à l’université mais il n’est en aucun cas l’équivalent du bac. De très nombreuses formations refusent les étudiants avec DAEU.

Méfiez-vous des fraudes

Quoique qu’il en soit, le diplôme ne fait pas une candidature à un poste et les employeurs scrutent attentivement les différentes facettes de la personnalité du candidat : ses valeurs, initiatives, intérêts, dynamisme.

Les diplômes délocalisés peuvent être une solution dans certains cas mais il est important de bien comprendre leurs revers pour ne pas être dupes de certains discours commerciaux des instituts privés.

 

Dans le même sujet, soulignons l’affaire au Maroc de la régularisation de cinq fonctionnaires détenteurs de masters délocalisés, qui ont obtenus gain de cause devant les tribunaux.

Ces derniers, diplôme en poche, voulaient accéder à l’échelle 11 et souhaitaient donc une régularisation de leur situation, or, ils avaient essuyé un refus de la hiérarchie leur stipulant que leur diplôme n’était pas reconnu par l’état. Pour plus de détails sur cette affaire, consultez l’article de l’économiste.

 

Voici une collection de ressources sur le sujet:

Alors, que valent ces diplômes étrangers délivrés au Maroc ? article challenge.ma 

Ces diplômes suscitent de nombreuses polémiques : article lemonde.

Pour en savoir plus sur les différents diplômes supérieurs délivrés au Maroc, regardez la vidéo suivante.