On estime que 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. La technologie numérique, les données massives, les fameuses big data, la robotique et l’intelligence artificielle ont profondément bouleversé les métiers actuels. Il existe d’ailleurs de nombreux cursus innovants pour des études à l’étranger. Décryptage.

Informatique, numérique et data favorisent l’émergence de nouveaux métiers

Le boom informatique de ces dernières années a fait que de nombreuses entreprises se sont engagées dans la transformation numérique de leur organisation. Il s’agit pour elles de valoriser leurs données, les Data, afin de faire face à la concurrence des géants du web et développer de nouveaux modèles économiques pour demain. Le traitement et l’analyse d’immenses volumes de données irriguent un grand nombre de projets de transformation numérique. Selon les estimations, le marché français du big data atteindra 9 milliards d’euros d’ici à 2020 et créera 137 000 emplois. Parmi les principaux métiers appelés à se développer dans les prochaines années, on trouve :

Data miner, l’explorateur de données. Le data miner recherche l’information dans les différentes sources de données de l’entreprise. Pour assurer cette collecte, il doit maîtriser les structures de stockage et de gestion des données ainsi que les plateformes liées au big data comme par exemple Hadoop. Son rôle consiste aussi à trier et qualifier ces données pour préparer le terrain du data scientist.

Data scientist, il est spécialisé dans la data intelligence. Associant des compétences pointues en mathématiques, statistiques et informatique, le data scientist va valoriser les données afin de créer de nouveaux services ou optimiser ceux existants. Ce mouton à cinq pattes fait l’objet de toutes les convoitises et son salaire s’est envolé.

Chief data officer, c’est le patron des données. Le CDO encadre les data scientists et les data miners. Responsable du patrimoine informationnel de l’entreprise et de sa bonne gouvernance, il fait le lien entre l’informatique et les directions métiers mais aussi avec les clients, les partenaires et fournisseurs. Objectif principal : assurer le partage équitable des données entre ces différents acteurs.

Expert en cybersécurité, le gardien des données. Avant de valoriser les données, il faut les sécuriser. L’expert en cybersécurité va définir et mettre en place les dispositifs techniques mais aussi organisationnels pour lutter contre des menaces toujours plus sophistiquées. Du technicien support à l’auditeur en passant par le spécialiste en tests d’intrusion, les métiers de la cybersécurité sont variés et riches. Pour des études à l’étranger, il existe d’ailleurs dorénavant des masters spécialisés en cybersécurité dédiés à la sécurisation des logiciels. Au programme des enseignements : authentification et contrôle d’accès, sécurité des interfaces, cryptographie.

Développeur web, c’est la cheville ouvrière du numérique. Le développeur web est un programmeur spécialisé qui va « coder » un site ou une application web. Généraliste de l’écosystème numérique, c’est le métier le plus demandé en nombre mais aussi le plus accessible.

Les métiers de la robotique et des objets connectés

Les domaines de la robotique, d’internet et des objets connectés sont également grands pourvoyeurs d’emplois. Selon la dernière étude de la Fédération Internationale de Robotique (IFR), l’industrie mondiale compte 74 robots pour 10 000 employés contre 66 en 2015. Avec 132 robots, la France se classe en 18ème position dans le monde, derrière la Corée du Sud, le Japon, l’Allemagne ou la Suède  Voici un florilège des métiers principaux :

Concepteur de robot. Un expert en robotique doit avoir les compétences pour maîtriser un grand nombre de domaines d’expertise. Il doit à la fois travailler à la conception du robot et à sa programmation. Ce qui suppose des connaissances en mécanique, en électronique et en informatique embarquée.

Mécatronicien. A la croisée de la mécanique, de l’électronique et de linformatique, le mécatronicien conçoit et élabore des systèmes embarqués toujours plus intelligents et miniaturisés. Intervenant dans les secteurs de l’automobile ou de la Défense, il maîtrise les logiciels de CAO et de DAO.

Opérateur de commande numérique. Il ne suffit pas de concevoir des robots industriels, il faut ensuite les paramétrer une fois à l’usine. L’opérateur va réaliser la programmation du bras articulé du robot en fonction de la production en cours sur la chaîne de fabrication.

Technicien de maintenance. Connaissant tout du fonctionnement des machines-outils et autres commandes numériques, le technicien de maintenance assure le suivi et l’entretien des robots industriels.

Quels sont les principaux métiers dans le domaine des objets connectés ?

Pilote de drone. Le pilote de drone civil ou télépilote doit à la fois savoir télécommander son engin et maîtriser les règles de sécurité et les textes réglementaires. Son brevet en poche, il peut exercer dans les métiers du BTP (inspection de bâtiment, suivi de chantier, bilan thermique), de la sécurité (surveillance de sites difficiles d’accès), des médias (prise de vue aérienne) ou de l’agriculture (optimisation des rendements, détection des maladies). L’Armée recrute aussi des pilotes de drone.

Domoticien. L’internet des objets a profondément boosté le domaine de la domotique. Fini les fils à tirer des dans toute la maison. Thermostats, lampes et autres détecteurs sont reliés en wifi. Le domoticien 2.0 installe dans les règles de l’art ces dispositifs de « smart home » appelé encore maison intelligente et assure leur maintenance. Il travaille à son compte ou pour les revendeurs, installateurs-intégrateurs, constructeurs… Bref, un horizon professionnel qui ne cesse de s’élargir. Le monde de demain est déjà en train de se construire…