De plus en plus, on assiste au Maroc à un phénomène linguistique révolutionnaire qui façonne une nouvelle réalité dont nous ne prenons peut-être pas encore complètement conscience. En effet, une tendance anglicisante à commencer par s’instaurer dans les rangs de la génération Y tout d’abord, mais de façon plus prononcée et plus radicale parmi les rangs de la génération Z . Si la jeunesse bilingue marocaine de 2007 s’exprimait principalement en Darija et en Français, en 2017 l’intérêt de la jeunesse montante dans la francophonie baisse significativement, pour laisser place à une montée en force de l’Anglais comme première langue étrangère.

Comment expliquer cela ? Est-ce une conséquence directe de la généralisation d’Internet et des réseaux sociaux ? Est-ce que la jeunesse marocaine en a tout simplement ras-le-bol de la francophonie dont elle cherche à s’émanciper en adoptant une langue décidément à portée beaucoup plus universelle ?

A défaut d’avoir les réponses à ces questions, on en reste au fait, et le fait est qu’aujourd’hui au Maroc, les jeunes s’expriment entre eux, sur les réseaux sociaux comme en réalité, davantage en Anglais qu’en Français.

Aussi, n’est-ce que tout à fait normal que La Factory s’intéresse aux destinations d’études où il est possible de poursuivre des formations en Anglais.

L’Anglais, c’est vraiment parlé partout de nos jours !

Tout d’abord, il faut savoir que depuis quelques années, il est effectivement devenu possible de poursuivre ses études en Anglais partout dans le monde.

Que cela soit en Ukraine, Russie, Turquie, France, Allemagne ou n’importe quelle destination que vous convoiterez, sachez qu’il existe au moins une bonne dizaine d’établissements qui proposent des formations en Anglais.

Toutefois, même si c’est effectivement le cas et que vous pouvez étudier en Anglais partout dans le monde, étudier en Anglais en Russie ou en Roumanie n’équivaut aucunement étudier en Anglais au Canada ou aux Etats-Unis.

La Factory vous liste les destinations dans lesquelles vous pouvez effectuer vos études en Anglais, en vous expliquant sur quels critères vous appuyer afin de bien choisir votre destination.

Pays anglophones : Etats-Unis, Royaume-Uni et Canada

Vous êtes convaincus d’avoir un très bon niveau en Anglais, et votre situation financière est relativement aisée ? Ces destinations sont bien faites pour vous.

Vous l’aurez compris, les études dans les pays anglophones coûtent trop cher. Entre frais de scolarité pouvant atteindre selon la filière des sommes exorbitantes, et le coût de vie également trop dispendieux, il faut compter au minimum un budget prévisionnel de 200.000 MAD/an.

Ceci dit, avoir les moyens financiers ne veut pas dire que vous êtes automatiquement éligibles à l’admission dans les programmes universitaires desdits pays. La majorité écrasante des universités dans les pays cités ci-dessus sont exigeantes. Il faut donc justifier d’un niveau académique assez élevé, en plus d’un bon niveau d’anglais et de moyens financiers suffisants.

Néanmoins, faute d’avoir obtenu une certification linguistique avec un bon score, il reste possible de partir pour l’une de ces destinations dans le but justement d’améliorer votre Anglais ou de faire une année de mise à niveau. (Lien séjour linguistique)

La Turquie et la république turque de Chypre du Nord :

Ces deux destinations, en effet, connaissent depuis déjà la fin du siècle dernier une grande ouverture sur le monde. Aussi, les universités turques connaissent également une grande ouverture aux étudiants étrangers, et cela s’exprime par le choix que font de plus en plus d’universités et établissements supérieurs de proposer des programmes de pointe anglophones.

Cela est aussi vrai pour la Turquie que pour Chypre.

Toutes les filières sont disponibles, le choix reste le vôtre à faire.

Et bien que la Turquie n’ait pas encore intégré l’Union Européenne, elle est bien «impliquée dans le processus de Bologne et participe pleinement aux programmes européens d’éducation et de recherche.» (Source : ambassade de France en Turquie).

Cela veut tout simplement dire qu’en partant finir vos études en Turquie (ou à Chypre), vous bénéficiez des mêmes avantages que si vous étiez partis finir votre scolarité en Europe : notamment les échanges dans le cadre du programme de mobilité estudiantine Erasmus+.

Quelques établissements qui proposent des formations anglophones :

En Turquie : Aydin University, BahsecehirUniversity et KulturUniversity

A Chypre du Nord : EasternMeditteraneanUniversity (EMU)

Une certification linguistique du type IELTS ou TOEFL vous sera évidemment exigée. Toutefois, toutes les universités mentionnées ci-dessus proposent de passer un test de positionnement à l’entrée, si vous n’avez pas passé ni TOEFL ni IELTS.

Selon le résultat obtenu dans votre test, il se peut qu’on vous propose de faire un semestre de renforcement linguistique, ou bien d’entamer directement votre parcours si vous avez réussi à obtenir un bon score.

La France Anglophone :

« Premier pays non-anglophone d’accueil d’étudiants étrangers, la France possède une offre riche de formations enseignées en anglais. » (Source : Campus France)

La raison de la profusion des formations anglophones en France est bien simple. Cela est dû au fait que la France avait depuis toujours été un pays soucieux de soigner son attractivité des étudiants internationaux. « Ainsi, il n’est pas nécessaire de parler français pour étudier en France »

C’est donc plus de 1300 formations qui sont enseignés aujourd’hui en France, dans les domaines ci-dessous :

  • Gestion et Management ;
  • Tourisme, Hôtellerie et Restauration ;
  • Environnement et Sciences de la Terre ;
  • Agriculture et Agroalimentaire ;
  • Mathématiques ;
  • Sciences de l’Ingénieur ;
  • Droit Economie ;
  • Sciences Humaines, Langues et Lettres ;
  • Architecture, Arts, Design et Mode.

Remarquez toutefois que c’est seulement 34% des formations anglophones en France qui sont publiques. Pour les autres, il s’agit bien évidemment soit d’écoles de commerce et d’ingénierie privées, soit d’universités étrangères.

Vous pouvez consulter ce catalogue de formations de Campus France pour connaitre le descriptif et critères d’éligibilité pour chaque programme : http://taughtie.campusfrance.org/tiesearch/#/catalog

Vous pouvez choisir entre plusieurs filtres afin d’affiner les résultats de votre recherche.

Vous pouvez cocher autant de critères que vous voulez pour trouver le programme qui sied le plus à vos attentes.

L’Ukraine : oui mais…

En Ukraine, vous pouvez effectivement continuer votre scolarité en Anglais. Tous les programmes sont disponibles, qu’il s’agisse des filières médicales, d’ingénierie ou d’architecture.

Le problème n’est pas tellement que les professeurs ne soient pas compétents, car ce n’est pas du tout le cas.

Le problème qui se pose généralement est chez ceux qui décident de continuer dans les filières médicales en Anglais, vu qu’à partir d’un certain moment, ils sont contraints de sortir en stage au CHU. Et bien qu’en salle de cours ou en amphithéâtre, les études se soient déroulées en Anglais, à l’hôpital c’est différent vu qu’ils auront affaire avec des patients ukrainiens qui ne parlent malheureusement que leur langue natale, ou au mieux, le russe.

C’est dans ce sens qu’on encourage généralement nos étudiants qui souhaitent entamer un parcours dans les sciences de la santé en Europe de l’Est, de bien prendre la peine de faire une année d’immersion linguistique tout d’abord et d’apprendre la langue du pays où ils se retrouveront.

Cela peut paraitre comme une perte de temps terrible, mais comme on aime toujours à le rappeler à nos étudiants, faire des études supérieures ne devrait pas être considéré comme une course vitesse, où le premier arrivé est gagnant. Il s’agit plus d’un marathon où chacun court à son rythme et peu importe l’heure d’arrivée.