Initialement peuplé par une multitude de tribus aborigènes, et colonisé par les français et les anglais, le Canada incarne une mosaïque naturelle et culturelle. il est indéniablement défini par son multiculturalisme, la bonté de ses gens, et il est surtout réputé par la qualité de vie qu’il offre

Ceci est une présentation brève du Canada et son enseignement supérieur, pour fin de justifier son attractivité territoriale.

 

I. La géographie et le climat

Le Canada est le deuxième plus grand pays au monde, s’étalant sur une superficie de 10 millions de kilomètres carrés (3,9 millions de milles carrés). Il est entouré par trois océans : le Pacifique, à l’ouest; l’Atlantique, à l’est, et l’Arctique, au nord. Au total, le Canada compte plus de 200 000 kilomètres (125 000 milles) de littoral. Il partage deux frontières avec les États-Unis : une très longue frontière dans le sud et une autre longue frontière dans le nord-ouest.

En raison de sa vaste superficie, le Canada offre une grande diversité de paysages. Ainsi, il a des régions de hautes montagnes, différents types de forêts, des prairies à perte de vue et une toundra arctique, où le sol est gelé en permanence. Les rivières et les lacs y sont aussi innombrables.Tout comme les paysages, Le climat varie d’une région à l’autre. Dans les régions où vivent la plupart des Canadiens, il y a quatre saisons distinctes : le printemps, l’été, l’automne et l’hiver.

 

  • L’été va de juin à septembre environ et le temps est chaud, les températures de jour variant entre 20 et 30 degrés Celsius (68 et 86 degrés Fahrenheit), ou plus. Aussi, le temps peut être très humide dans le sud de l’Ontario et au Québec.
  • L’automne et le printemps sont des saisons de transition durant lesquelles le temps se rafraîchit ou, à l’inverse, se réchauffe progressivement, et où les précipitations sont plus nombreuses.

14527428_10205392313406944_39747763_n

  • L’hiver est très froid dans la plupart des régions, les températures demeurant bien au-dessous du point de congélation, qui est de zéro degré Celsius (32 degrés Fahrenheit). Le sol se recouvre de neige vers décembre et demeure enneigé jusqu’en mars ou avril. Une exception est le sud-ouest de la Colombie-Britannique (y compris les villes de Victoria et de Vancouver), où les températures demeurent généralement au-dessus du point de congélation et où les précipitations sont le plus souvent sous forme de pluie que de neige.

 

II. Les villes, les provinces et les régions

Ottawa, la capitale du Canada, est située en bordure de la rivière des Outaouais, à la frontière entre l’Ontario et le Québec. C’est la quatrième ville en importance au pays.

ottawa-gratte-ciel-171210

Le canada compte dix provinces et trois territoires, chacun desquels possède sa propre capitale. Ces provinces et territoires sont généralement regroupés en cinq régions (voir le tableau 2.1 suivant).

Les trois plus importantes villes au Canada sont Toronto (Ontario), Montréal (Québec) et Vancouver (Colombie-Britannique). Ces villes totalisent plus de 10 millions d’habitants (près du tiers de la population canadienne).

III. La langue

L’anglais et le français sont les deux langues officielles du Canada. Aujourd’hui, il y a environ 18 millions d’anglophones (personnes dont l’anglais est la langue première) et 7 millions de francophones (personnes dont le français est la langue première). La plupart des francophones vivent au Québec.

Toutefois, un million de francophones vivent en Ontario, au Nouveau Brunswick et au Manitoba, avec une présence plus faible dans les autres provinces. De même, il y a environ un million d’anglophones qui vivent au Québec. Un grand nombre d’autres langues non officielles sont aussi parlées au Canada.

Elles comprennent les langues autochtones et une variété d’autres langues parlées dans les communautés d’immigrants. Le gouvernement fédéral est tenu, par la loi, de fournir des services à la fois en anglais et en français partout au pays.

 

14542740_10205392288686326_2029053521_n-1

IV. La diversité et ses limites

Le Canada accueille les différences linguistiques, culturelles et religieuses. C’est une tradition qui date de plusieurs siècles et qui demeure forte encore aujourd’hui. La politique du multiculturalisme encourage les Canadiens à préserver les traditions familiales et culturelles qui sont conformes aux valeurs canadiennes, comme la dignité humaine et l’égalité devant la loi.

 

V. L’enseignement supérieur au Canada

Le Québec

Au Québec, l’enseignement supérieur est composé de l’enseignement collégial et de l’enseignement universitaire. Depuis septembre 2012, l’enseignement supérieur est rattaché au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie.

Chaque année, ce sont plusieurs milliers d’étudiants du monde entier qui sont reçus par les établissements d’enseignement québécois, attirés par la qualité de l’enseignement, une vie sur le campus à la nord-américaine, un espace francophone en Amérique, un cadre de vie sécuritaire où le monde urbain moderne côtoie les grands espaces.

Dans l’enseignement supérieur, tous les étudiants non canadiens n’ont pas le même statut administratif : certains sont résidents permanents, d’autres possèdent un permis d’études, d’autres encore sont présents dans le cadre d’échanges universitaires. Ainsi, ce qui s’applique aux uns en matière de modalités administratives et de droits de scolarité ne s’applique pas forcément aux autres.

mc-may

Année préparatoire

Tout étudiant marocain qui veut initier ses études universitaire au Québec doit prévoir un année préparatoire obligatoire pour passer au premier cycle. Cette année préparatoire,en question, est un programme de formation générale de base qui permet d’améliorer les connaissances et habiletés requises pour la poursuite d’études universitaires de 1er cycle.

Elle doit être effectuée exclusivement dans l’un des Cégeps au Québec. Elle s’adresse à 2 catégories d’étudiants, soit :

  • Aux titulaires d’un diplôme d’études secondaires obtenu à l’extérieur du Québec;
  • Aux titulaires d’un diplôme d’études secondaires obtenu au Québec ayant connu une interruption d’études d’au moins 4 ans.

Le programme compte trois orientations: Sciences humaines et sociales, Arts et lettres et finalement, les Sciences.

L’année préparatoire a pour objectif de rendre l’étudiant admissible à la majorité des programmes de premier cycle, sous certaines conditions. En outre, l’étudiant qui optera pour un programme d’études élitiste devra se soumettre au processus de sélection propre à la discipline, au terme de l’année préparatoire.

N.B: Il faut noter que les étudiants marocains ayant un bac+1 ne sont pas obligés de passer par une année préparatoire au Québec.

 

2. Cégeps: Les collèges publics et privés ( formation pré-universitaire et technique)

 

Les cégeps, les collèges privés subventionnés et les établissements privés sous permis offrent aux étudiants un enseignement collégial.

Les cégeps et institutions privées offrent le choix entre :

  • Des programmes d’études pré-universitaires d’une durée de deux ans qui, comme le nom l’indique, préparent à l’université ;
  • Des programmes d’études techniques de trois ans, qui mènent directement au marché du travail, (mais il existe des possibilités pour poursuivre à l’université).

 

L’enseignement collégial est sanctionné par l’obtention d’un DEC (Diplôme d’études collégiales) qui peut donc être préuniversitaire ou technique et qui permet de poursuivre ses études ou qui oriente vers le marché du travail. Les collèges délivrent également des AEC (Attestation d’études collégiales) à la suite d’un programme court offert aux adultes en reprise d’études.

 

Quel que soit leur choix, les étudiants inscrits dans les programmes de DEC suivent des cours de formation générale : français et littérature, philosophie, éducation physique et anglais langue seconde.

Il est important de comprendre que l’étudiant au niveau collégial est déjà en train de se spécialiser. Il est conseillé de faire le choix de sa spécialisation sans précipitation, selon la motivation et les objectifs de l’étudiant et selon son projet professionnel. À noter que si l’étudiant choisit un Cégep hors de Montréal, il pourra sans difficulté rejoindre une université montréalaise ensuite : l’admission à l’université n’accorde pas d’importance au Cégep d’origine mais à la performance de l’étudiant.

 

3. Enseignement universitaire

Vient l’université après le collégial, ouverte autant aux étudiants en formation initiale qu’aux adultes souhaitant reprendre des études (formation continue). Le Québec compte 4 universités : l’Université McGill, l’Université Concordia, l’Université de Montréal (UdeM) et l’Université du Québec.

Le Québec compte également d’autres établissements d’enseignement supérieur : HEC Montréal et l’École Polytechnique.

Au Québec, il existe trois cycles universitaires conduisant principalement à trois diplômes :

le baccalauréat : diplôme de premier cycle (3 à 4 ans d’études),

– la maîtrise : diplôme de deuxième cycle (2 ans d’études),

le doctorat : diplôme de troisième cycle (au minimum 3 ans d’études),

 

Il existe également :

– le certificat : diplôme de premier cycle (1 an d’études),

– le diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) : diplôme de deuxième cycle (1 an d’études).

 

Hors Québec

Dans la plupart des cas, vous devez détenir un diplôme d’études secondaires pour vous inscrire au collège ou à l’université hors Québec.

Chaque établissement fixe ses propres conditions d’admission. Ces conditions ne sont pas les mêmes pour les étudiants étrangers.

Les collèges proposent des programmes menant à des certificats, à des diplômes et à des grades, ainsi que des programmes d’apprentissage. Les universités proposent des programmes de premier cycle et d’études supérieures et d’autres programmes de formation professionnelle. La durée des programmes varie, tout comme les exigences préalables, c’est-à-dire le travail préalable et les titres de compétences nécessaires pour être admissible.

 

14550594_10205392348607824_1067809884_o

Pour être admis dans l’un des programmes du premier cycle, le candidat n’a nul besoin de passer un test d’entrée. En fait, on ne fait qu’évaluer le dossier que le candidat aurait préparé au préalable contenant, généralement: les relevés de notes obtenues en école secondaire, les activités parascolaires…et tout autre document qui peut attester des compétences du candidat.

 

  • Un étudiant marocain devrait avoir réussi l’équivalent d’un programme de niveau secondaire canadien avec des notes élevées (diplôme de baccalauréat marocain) et doit fournir une preuve de compétence en Anglais, s’il opte pour un programme anglophone; Ceci est parfois nécessaire aussi; si le programme est exclusivement en français.
  • Il faut généralement prévoir la préparation du dossier d’admission 8 mois au préalable pour faire sa demande 3 mois à l’avance avant le deadline de la réception des dossiers

14518492_10205392287246290_1203263589_n