Allongement de l’espérance de vie, sédentarité, stress au travail avec des conséquences sur la forme physique des employés, autant de transformations de la société qui expliquent l’émergence du secteur paramédical au Maroc. Il existe une très forte demande sur le marché et les besoins sont immenses. A titre d’exemple, on recense aujourd’hui  un peu plus de 700 kinésithérapeutes installés en cabinet libéral alors qu’il en faudrait beaucoup plus. Idem pour les orthophonistes dont le nombre est estimé à 200 alors que le pays en nécessite plusieurs milliers, voire dizaines de milliers… Autant donc le savoir : si vous choisissez une filière paramédicale, il y a peu de chances que vous soyez au chômage. Seulement, l’aspect technique ne suffit pas pour bien y exercer, le goût du contact humain est également une condition essentielle à la pratique. Vous verrez que l’éventail des métiers de la santé est bien plus large que vous ne le pensez.

Le paramédical en France, ce sont plus de 20 métiers différents

Les métiers du paramédical se répartissent en plusieurs filières :

Les soins

Infirmier, assistant dentaire, aide-soignant, pédicure-podologue, auxiliaire de puériculture

La rééducation

Masseur-kinésithérapeute, psychomotricien, ostéopathe, orthophoniste, orthoptiste, ergothérapeute

L’appareillage

Opticien-lunetier, prothésiste-dentaire, orthopédiste, audioprothésiste, monteur en optique-lunetterie

L’assistance médico-technique

Préparateur en pharmacie, ambulancier, technicien en analyse médicale, radio physicien

Le bien-être et l’alimentation

Diététicien, nutritionniste

Une grande diversité d’offres de formation en France

Il existe en France un grand nombre d’instituts de formation publics et privés qui sont dédiés au domaine paramédical. Ils sont accessibles avec ou sans le bac, souvent sur concours, selon la spécialité choisie.

  • Audioprothésiste

Il corrige une insuffisance ou une déficience auditive des patients sur prescription d’un ORL. Il est également chargé de concevoir les appareils pour l’oreille après avoir évalué le degré de surdité. Sachez qu’il ne s’agit pas seulement d’un public de personnes âgées car de plus en plus de jeunes sont atteints de surdité précoce. Le baccalauréat n’est pas obligatoire mais fortement conseillé. Le Diplôme d’Etat (DE) d’audioprothésiste se prépare en 3 ans et sur concours dans les universités françaises, au sein des UFR (Unités de formation et de recherche) de médecine et de pharmacie. Vous avez également la possibilité de le préparer au CNAM (Conservatoire national des Arts et Métiers) de Paris ou au sein d’une école spécialisée telle l’Ecole d’audioprothèse à Fougères.

  • Diététicien

Ce professionnel de la nutrition contrôle la qualité des aliments pour parvenir à un équilibre nutritionnel sain. Il peut évoluer tant dans l’industrie agroalimentaire qu’au sein des hôpitaux, cliniques, dans des centres sportifs ou des établissements scolaires. Il existe un BTS (Brevet de Technicien supérieur)  Diététique accessible avec un baccalauréat scientifique, technologique ou professionnel  (avec mention bien ou très bien). L’accès est sur dossier, parfois avec test et entretien. La formation dure 2 ans. Par ailleurs, il existe aussi un DUT (Diplôme Universitaire Technologique) Génie biologique option diététique. La formation dure 2 ans avec un stage professionnel de 15 semaines minimum. Elle se déroule dans les IUT (Instituts Universitaires de Technologie). L’admission se fait sur étude du dossier.  L’obtention du baccalauréat est obligatoire, de préférence un bac scientifique  ou  technologique avec mention. Enfin, un Bachelor Diététique est également proposé à ECOSUP Santé, une école d’enseignement privé spécialisée dans le domaine de la santé. Le tarif y est de 3990 euros pour l’année de formation. L’admission est réservée aux titulaires d’un bac+2, bac+3 dans le domaine du médical ou paramédical.

  • Infirmier

Sur prescription médicale, l’infirmier réalise un ensemble de gestes techniques contribuant à la santé du patient : distribution des médicaments, injections, piqures, pansements ou encore préparation du bloc opératoire. Il a également à gérer des taches administratives telle la gestion des dossiers des patients ou encore l’organisation du planning de soins. La formation  d’infirmier nécessite l’obtention du baccalauréat. Elle est dispensée au sein des IFSI (Instituts de formation en soins infirmiers) accessibles sur concours. Elle dure 3 ans. Vous avez en outre la possibilité de poursuivre vos études pour un Master sciences cliniques infirmières à l’Ecole des Hautes études en santé publique de Rennes en partenariat avec l’université d’Aix-Marseille.

  • Masseur-kinésithérapeute

En collaboration avec une équipe médicale, le masseur-kinésithérapeute réalise des actes de rééducation en utilisant de nombreuses techniques telles les massages et les mouvements de gymnastique. Il peut aussi utiliser des éléments comme l’eau, la chaleur ou les ultrasons. Les études se déroulent au sein des IFMK (Instituts de formation en masso-kinésithéthérapie) et durent 4 ans (baccalauréat indispensable). Sachez aussi que le concours d’entrée à ces instituts est très sélectif. Les étudiants ayant validé une PACES (première année commune aux études de santé) sont prioritaires. Précision qui a son importance : les IFMK n’ont pas tous le même statut, selon les villes françaises. Il peut s’agir d’écoles publiques ou d’écoles privées. Le coût des études varie de 160 à 8000 euros par an…

kinésithérapeute

  • Opticien-lunetier

Ce professionnel de santé doit faire preuve d’une grande polyvalence en combinant des compétences à la fois techniques et commerciales. Sur prescription de l’ophtalmologiste, il propose les équipements de vue, lunettes ou lentilles de contact, procède au montage des lunettes (façonnage des verres, polissage) pour enfin adapter l’équipement au client. Le service après-vente fait aussi partie de ses fonctions. Il existe un BTS opticien-lunetier accessible aux titulaires d’un baccalauréat scientifique, technologique ou professionnel. D’une durée de 2 ans, l’accès y est sur dossier et le candidat peut en outre être soumis à un test et un entretien.

  • Orthophoniste

Il intervient essentiellement auprès des enfants mais aussi des adultes souffrant de troubles du langage, de problèmes d’élocution et même de mémorisation. Evoluant souvent en cabinet libéral, il peut aussi exercer dans les Centres de rééducation médicalisés. L’UFR de médecine et des professions paramédicales de l’Université de Clermont Auvergne (UCA) à Clermont-Ferrand propose un Master M2Certificat de capacité d’orthophoniste. Le parcours d’études se déroule sur 10 semestres répartis en 2 cycles et ponctué par la présentation d’un mémoire de recherche. 3 stages de formation à la pratique clinique sont également prévus au cours du cursus pour une durée de plus de 2040 heures de stage au total.

  • Puériculteur

Spécialisée dans la santé des bébés et des enfants, la puéricultrice (c’est très souvent une femme) est une infirmières spécialisée qui pratique tant les soins techniques tels la prise de sang ou les perfusions que les soins propres comme le bain de l’enfant. Elle évolue souvent dans les services de maternité des hôpitaux ou des cliniques, mais peut également exercer dans un cabinet médical. L’Institut de formations paramédicales d’Orléans propose un Diplôme d’Etat Auxiliaire de puériculture. Ouvert aux titulaires du baccalauréat, le concours d’entrée comporte des épreuves écrites de culture générale en lien avec le domaine sanitaire ainsi qu’une épreuve orale pour mesurer l’intérêt et la connaissance du candidat pour la profession. Les études sont réparties sur 12 mois pour un total de 1500 heures d’enseignement théorique et pratique.

  • Psychomotricien

Face aux troubles psychiques rencontrés chez l’enfant, et parfois l’adulte, le psychomotricien apporte son diagnostic pour rééduquer et soigner les tics, bégaiements et autres anomalies du comportement. Il utilise pour ce faire des techniques de relaxation ou encore des activités de coordination. Il existe un Diplôme d’Etat de psychomotricien se préparant en 3 ans et accessible sur concours aux titulaires du baccalauréat.  Il existe en France 11 Instituts de formation en psychomotricité agréés, dont celui de l’université de Bordeaux.