On parle souvent des marocains qui poursuivent leurs études à l’étranger, mais savez-vous que de plus en plus d’étudiants africains viennent étudier chez nous ? Au point que le Maroc est en passe de devenir un hub régional pour l’enseignement supérieur.

Dans le cadre de la coopération sud-sud prônée par le pays, cette dynamique d’accueil ne cesse de se développer. Résultat : le Royaume est aujourd’hui la 2ème destination continentale d’étudiants étrangers après l’Afrique du sud.

Un effectif d’étudiants africains qui ne cesse de gonfler

Un millier en 1994, les étudiants africains au Maroc sont aujourd’hui au nombre de près de 20 000, c’est dire si la croissance est spectaculaire ! La moitié d’entre eux possède d’ailleurs une bourse du gouvernement marocain octroyée par l’Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI).

Toutes les formations sont concernées, qu’il s’agisse du secteur public, universités et autres écoles d’ingénieurs, que du secteur privé avec les établissements d’enseignement supérieur. Et la formation professionnelle n’est pas en reste puisque ce ne sont pas moins de 1500 stagiaires africains représentant 28 nationalités qui fréquentent l’OFPPT.

Il est prévu que cette tendance continue à être en hausse dans les années à venir. Autre signe de cette dynamique : il existe désormais plusieurs associations d’étudiants africains au Maroc tel par exemple l’Union Générale des Elèves, Etudiants et Stagiaires sénégalais au Maroc (UGESM) qui compte pas moins de 3000 membres. Toutes ces associations sont gérées par la Confédération des Elèves, Etudiants, Stagiaires Etrangers et Africains au Maroc, le CESAM.

Journées de l’intégration, Semaines de l’Etudiant Africain au Maroc, les événements organisés par ces associations sont nombreuses afin de participer au bien-être des nouveaux arrivants. Les plus actives d’entre elles n’hésitent pas à accompagner le jeune dans ses démarches administratives, telle l’obtention d’une carte de séjour.

En outre, pendant les périodes de vacances, le CESAM regroupe dans une cité les étudiants qui ne peuvent pas rentrer chez eux afin qu’ils ne se sentent pas seuls…

Une grande diversité d’offre qui explique cet engouement

Cet attrait pour notre pays s’explique en bonne partie par l’implantation au Maroc d’établissements prestigieux ; qu’il s’agisse d’écoles de commerce telles l’EM-Lyon ou l’ESSEC Afrique-Atlantique ou qu’il s’agisse d’écoles d’ingénieurs comme Centrale-Casablanca.

Certains établissements comme l’INSA- Euro méditerranée de Fès vont jusqu’à prévoir un effectif de 10% de places réservés aux étudiants en provenance d’Afrique Subsaharienne. Par ailleurs, les accords bilatéraux se sont multipliés ces dernières années entre notre pays et le reste du continent et de plus en plus de grands groupes bancaires marocains s’installent en Afrique.

Or, ils ont besoin de compétences locales. Résultat : ces groupes financiers forment eux-mêmes en interne de jeunes africains afin qu’ils soient opérationnels sur place. D’une façon générale, les filières choisies par les étudiants africains correspondent aux besoins de leur pays d’origine.

Il s’agit essentiellement des sciences appliquées, du management et des nouvelles technologies. Le Maroc, terre d’immigration ? Le Maroc, terre d’émigration ?