Le Centre national du Livre , CNL, a publié en juin 2018 en France les résultats d’une enquête sur la lecture chez les jeunes adultes. Bien des clichés et des stéréotypes sont mis à mal par cette études. Explications.

De jeunes lecteurs plus nombreux qu’on ne le croit

L’étude intitulée “Les jeunes adultes et la lecture” a porté sur un échantillon de 1500 jeunes adultes âgés entre 15 et 25 ans. Les personnes interviewés étaient représentatifs en termes de sexe, âge, régions, catégories socioprofessionnelles, taille du foyer. Les questionnaires étaient émis en ligne aux jeunes dont près de la moitié à répondu sur Smartphone.

 

86% de lecteurs: c’est la part de jeunes adultes de 15-25 ans ayant lu au moins un livre au cours des douze derniers mois dans l’un des genres suivants: albums jeunesse, albums de bande dessinée, Mangas, romans, romans graphiques, poésie, essais politiques, essais philosophiques, essais religieux, livres scientifiques, histoire, actualités, reportages, psychologie, livres pratiques (cuisine…).Tous les formats de lecture sont prise en compte: livre papier , numérique, audio.

 Si plus de la moitié des jeunes adultes lit des livres pour les études ou le travail, la lecture reste avant tout une activité de loisir pratiquée par goût personnel. En effet, seulement 5% des 15-25 ans lisent exclusivement dans un cadre scolaire ou professionnel. Nous sommes loin du cliché qui consiste à dire que les jeunes ne lisent que par obligation. Ainsi, si 54% des jeunes adultes lisent des livres dans un cadre scolaire ou professionnel, ils sont en revanche 81% à lire dans le cadre de leurs loisirs et par goût personnel. Pour ces derniers, 6 heurs hebdomadaires sont consacrés à la lecture pour le plaisir. Enfin, au cours des douze derniers mois, les 15-25 ans ont lu en moyenne près de 13 livres (12,8).

Des inégalités devant la lecture selon les catégories socioprofessionnelles

D’abord, des disparités selon le sexe. Les filles de 15-25 ans lisent plus par goût personnel que les garçons. Elles consacrent en effet 1 h40 de plus par semaine à la lecture loisir et lisent trois livres de plus par an que les garçons. En revanches, le taux de lectures scolaires est similaire chez les deux sexes. D’une façon générale, La lecture loisir occupe une place importante à tous les stades de vie des 15-25 ans, mais la lecture obligatoire est plus présente chez les collégiens et les lycéens que chez les jeunes actifs. L’enquête a également montré que l’environnement familial avait une grande influence sur la lecture des jeunes. Ainsi, les lectures personnelles des parents ou des grands-parents, la lecture à haute voix pendant l’enfance ou encore la bibliothèque familiale sont davantage valorisés dans les foyers les plus favorisés. Or, ce contexte familial a des conséquences sur le taux de lecture des jeunes adultes. 33% des jeunes affirment n’avoir jamais bénéficié de la lecture des parents à haute voix lorsqu’ils étaient enfants (lecture de contes par exemple). Globalement, les jeunes adultes de catégories socioprofessionnelles moins favorisées se révèlent ainsi globalement moins lecteurs que les autres. Autre frein à la lecture: le manque de temps et la concurrence d’autres activités. 64% des étudiants post-bac déclarent ne pas avoir le temps de lire davantage et 47% des collégiens et lycées affirment préférer d’autres activités.

Dernier chiffre intéressant:          

Plus de la moitié des activités des 15-25 ans sont pratiquées sur Internet.